PRÉSERVATION DES ACQUIS SOCIAUX

Le gouvernement rassure

Par
image

La garantie de l'équité et de la justice, est le plus grand souci du gouvernement dans sa nouvelle feuille de route.

Les acquis sociaux ne seront pas remis en cause par le nouveau gouvernement. C'est ce qu'il a précisé hier dans un document repris par l'APS. Ce qu'il y a de nouveau dans la nouvelle politique du gouvernement dans son volet social, indique le document, c'est le souci de veiller sur le principe d'équité et la justice sociale. «Le soutien et l'accompagnement des catégories défavorisées et fragiles de la société se fera à travers la mise en place progressive de nouveaux mécanismes permettant le ciblage efficace des catégories éligibles aux aides de l'Etat», peut-on lire dans le document. Ainsi et concernant la préservation du système national de sécurité sociale et de retraite, le gouvernement mettra l'accent notamment, note le document, sur l'élargissement de la base cotisante au système national de sécurité sociale devant atteindre à terme 3000.000 nouvelles affiliations par l'introduction des dispositifs inclusifs des nouvelles formes de travail de l'économie numérique des personnes actives occupées par le secteur informel, des personnes actives non occupées et du monde agricole. Dans le même sillage, le gouvernement mettra, souligne le document, également l'accent, sur la création de la branche retraite complémentaire au sein de la CNR et de la Casnos aux fins de rehausser l'attractivité du système et réduire les non-déclarations des assujettis et l'évasion sociale, la réactivation du processus de contractualisation entre les caisses de sécurité sociale et les établissements publics de santé. Dans le domaine de la promotion de l'emploi et de la lutte contre le chômage, le gouvernement affirme que la promotion de l'emploi et la lutte contre le chômage, demeurent les objectifs stratégiques de la politique nationale de développement visant la construction d'une économie émergente diversifiée, créatrice d'emplois, particulièrement au profit des jeunes diplômés ou non, reposant sur une stratégie de performance et de développement durable, inclusif et équitable. A cet égard, le gouvernement s'attellera à renforcer l'investissement dans les secteurs créateurs d'emploi, tels que l'agriculture, l'industrie, le tourisme et l'artisanat et à favoriser le développement de la petite et moyenne entreprise à travers notamment l'encouragement du partenariat public-privé national et étranger et la simplification des procédures de création d'entreprises, y compris le travail familial. A ce titre d'ailleurs, le gouvernement vise en 2017 à placer 400.000 demandeurs d'emploi par l'Anem, l'insertion de 44.200 jeunes primo demandeurs dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (Daip) et le recrutement de 30.000 jeunes en contrat de travail aidé (CTA). En matière d'appui à la création d'activité, les efforts seront principalement axés, précise le document, sur la consolidation des dispositifs Ansej et Cnac. Dans le domaine du soutien et de l'accompagnement aux personnes valides en difficulté sociale, le gouvernement poursuivra ses efforts par la mise à disposition de programmes d'insertion au profit de personnes sans revenus et ne disposant pas de qualifications, à travers le dispositif d'aide à l'Insertion sociale (Dais), offrant une couverture sociale. Il poursuivra également le programme d'insertion des jeunes diplômés, ainsi que la création de chantiers de travaux d'utilité publique à haute intensité de main-d'oeuvre (TUP-Himo) et de chantiers «Blanche Algérie», et renforcera par ailleurs, les mécanismes de soutien et d'accompagnement aux personnes démunies désireuses de créer leurs propres activités dans le cadre du microcrédit. Dans le domaine de la poursuite de la prise en charge des catégories sociales aux besoins spécifiques et en ce qui concerne les personnes handicapées, le gouvernement veillera à la prise en charge des besoins spécifiques, à l'amélioration des conditions de prise en charge en milieu institutionnel et à la facilitation des conditions d'insertion professionnelle par la mise en oeuvre de la règle de réservation à leur profit de 1% des postes d'emplois au niveau des entreprises économiques et des administrations publiques. Dans ce cadre, les incitations fiscales et parafiscales au profit des employeurs faisant travailler des personnes en situation de handicap seront maintenues et renforcées, ainsi que les subventions, mentionne en outre le document.