ALIOUI RENCONTRERA OUYAHIA

Ils parleront sécurité alimentaire

Par
image

A l'ordre du jour de cette rencontre annoncée, figurent notamment la nature des mesures à prendre pour encourager les investissements dans le domaine des chambres froides et la refonte de l'organisation des interprofessions.

Devant la flambée de la mercuriale, Mohamed Alioui, le secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens Unpa, prend les devants. Il estime que l'échec des politiques agricoles à réguler le marché des fruits et légumes n'a que trop duré. Aussi, et pour sortir de cette impasse, il annonce une rencontre imminente avec Ahmed Ouyahia, Premier ministre. A l'ordre du jour de cette rencontre annoncée il prévoit de discuter de nombreux sujets en lien avec cette situation qui taraude au quotidien les citoyens algériens. Au menu des discussions envisagées figurent entre autres les mesures à prendre pour encourager les investissements dans le domaine des chambres froides et la refonte de l'organisation des interprofessions.
Cette rencontre projetée dans les tout prochains jours intervient donc dans un contexte de crise caractérisé par la hausse permanente des prix des fruits et légumes, avec en sus, le manque d'aires de stockage. Une capacité que l'on estime du côté du ministère à quelque 3 millions de mètres cubes que les secteurs du commerce et de l'agriculture doivent absolument acquérir afin de pouvoir réguler le marché et protéger aussi bien les agriculteurs que les consommateurs. Alioui juge d'ailleurs inconcevable le fait que l'Etat continue à subventionner les agriculteurs et les autres acteurs des différentes filières au moment où des tonnes de production, notamment la tomate, sont jetées. Le SG de l'Union des paysans déplore pour sa part le fait que la production agricole demeure tributaire de la pluviométrie causant le recul des récoltes comme celle des céréales.
Alioui révèle, à propos des concessions agricoles, que 27.000 dossiers de régularisation sont restés en suspens, notamment à cause du décès des concernés ou des problèmes liés à l'administration. Notons qu'Alioui a saisi l'occasion qu'offre le Salon de l'élevage et de l'agroéquipement Sima-Sipsa qui se déroule actuellement à la Safex (Société algérienne des foires et exportations) pour attirer l'attention sur nombre de préoccupations que vivent les agriculteurs. «Les espaces de pâturage se rétrécissent comme une peau de chagrin et cette tendance dangereuse est aggravée par l'absence d'agriculteurs et d'hommes capables de restituer leur vocation à ces terres». fait- on savoir comme pour sonner le tocsin d'alarme. En fait, un groupe d'experts réunis par le docteur Amine Bensemane, organisateur du salon, se dise préoccupé par le déficit de la main-d'oeuvre agricole, alors que la demande locale en denrées alimentaires explose. C'est en fait l'une des problématiques que pose le Salon de l'élevage et l'agroalimentaire Sima-Sipsa, une manifestation qui fête cette année sa 17ème édition.