CHÉRAGA

Une jeune fille vendue à 5 millions de centimes

Par

Pour certaines personnes peu scrupuleuses, tout s'achète et tout se vend...y compris les femmes. C'est le cas de trois hommes et d'une femme qui sont à la tête d'un réseau de prostitution, récemment démantelé par les services de l'ordre. Ces derniers exploitaient des jeunes femmes qui, pour la plupart, sont des mineures, en les vendant au plus offrant et ce, à des sommes inimaginables allant jusqu'à 5 millions de centimes. Cette affaire a notamment impliqué un coiffeur de la commune de Chéraga (Alger), connu pour être sollicité par des stars du football algérien. Celui-ci s'est tout simplement permis d'«acheter» une jeune fille en échange de 5 millions de centimes. Les faits de cette histoire sordide remontent au 13 septembre dernier. Cela a commencé après une plainte reçue par la brigade de la protection de l'enfant, qui avait mis en cause cette personne pour éloignement d'une enfant mineure et incitation à la débauche. C'est la soeur de la victime elle-même qui a avancé ces accusations. Elle aurait indiqué que la dénommée «Chaïma» a quitté la maison le 10 septembre et n'a plus donné signe de vie depuis. Inquiétée par la situation, elle aurait de suite appelé la copine de sa jeune soeur «Amel», qui lui aurait appris que Chaïma avait été violée à l'intérieur d'une maison située dans la région de Birtouta. Celle-ci appartiendrait à un jeune homme ainsi qu'à un certain «Wahid Chitana». Ce n'est qu'une semaine plus tard que la jeune fille rentre au domicile. Après quoi elle a été soumise au médecin légiste qui leur a affirmé que cette dernière avait subi des agressions sexuelles à plusieurs reprises.
Chaïma a, par la suite, déclaré s'être enfuie de chez elle dans la nuit pour aller retrouver une certaine «Anval», qui l'a emmenée à son tour, à bord d'une voiture chez l'accusé qui s'appelle «Abdou» à Bouchaoui. En échange de ce service, il lui aurait offert 1000 DA. Ils auraient ensuite consommé de la drogue. Les enquêtes menées ont révélé que la victime était séquestrée dans cette résidence, où il a été saisi une quantité de psychotropes ainsi que des armes telles qu'un sabre.
Le juge d'instruction du tribunal d'Hussein Dey a dirigé à l'endroit des trois mis en cause, de très lourds chefs d'accusation. Il s'agit entre autres, d'accusation de viol, de détention de drogue ou encore la création d'un local de prostitution.