DÉCONSIDÉRÉE DANS LE MARCHÉ DE L'EMPLOI

La femme première victime du chômage

Par

Le sempiternel débat autour de la place de la femme algérienne dans le marché de l'emploi occupe de plus en plus de place. Il met notamment en relief le fait que malgré quelques avancées en la matière, la frange féminine reste toujours mal lotie lorsqu'il s'agit d'insertion sociale. Cela l'est encore plus dans certains secteurs qui, à ce jour, comptent un nombre infime de femmes.
Dans ce sillage, le Conseil constitutionnel organisera, les 7 et 8 novembre une conférence internationale sur la femme et le marché de l'emploi, est-il indiqué dans un communiqué du conseil. Les principes de l'égalité et l'autonomisation de la femme (cadre constitutionnel et législatif), le développement de la situation de la femme dans la Fonction publique et le rôle et la place de la femme dans le secteur économique, sont autant de questions sur lesquelles sera axée cette rencontre. Ce sera donc l'occasion d'aborder la grande question de la parité entre les genres dans le milieu professionnel.
Une question plus que d'actualité dans notre société si l'on se fie notamment aux mauvais classements qu'enchaîne l'Algérie sur ce plan-là, au niveau international. Cette mauvaise posture, est sans doute liée au très faible taux d'intégration des femmes au marché du travail, notamment au sein d'entreprises économiques. Aussi, elles sont trop peu nombreuses, voire carrément absentes des postes de responsabilités dans l'administration. Il y a encore lieu de signaler que le chômage affecte beaucoup plus de femmes que d'hommes. Selon les données de l'Office national des statistiques (ONS), le taux de chômage en 2016 chez les femmes a atteint près de 20% contre 8% chez les hommes. Ce qui est notons-le, une différence peu négligeable. Pourtant, l'on tente tant bien que mal d'encourager l'entrepreneuriat féminin. La même étude a démontré que des disparités significatives en chômage sont
observées selon l'âge, le niveau d'instruction et le diplôme obtenu. Pour les personnes âgées de 25 ans et plus, le taux de chômage est de 7,9% avec un taux de 5,7% chez les hommes et de 16,2% chez les femmes.
Pour ce qui est du chômage des jeunes âgés entre 16 et 24 ans, il a augmenté à 26,7% en septembre dernier (contre 24,7% en avril dernier). Beaucoup de moyens ont été mis à disposition afin d'aider les plus réticentes à se lancer, mais cela reste toujours insuffisant. Cette conférence sera organisée en collaboration avec la Commission européenne pour la démocratie par le droit (commission de Venise) et la direction générale de la Fonction publique et de la réforme administrative. Elle s'inscrit dans le cadre du programme de l'université pour la démocratie (UniDem) destiné aux cadres supérieurs de l'administration publique du sud de la Méditerranée, et qui verra la participation des différents organismes concernés (ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine Fonction publique...) et des experts algériens et étrangers en présence de ministres, de hauts responsables et de représentants des différents secteurs.
La conférence, qui verra la présentation des expériences de plusieurs pays tels que la Tunisie, la Jordanie, le Maroc, la Palestine et le Liban sera clôturée par la remise d'attestations de participation et par un riche programme culturel, a indiqué le communiqué.