IL PASSE DE 62,69 MILLIARDS DA EN 2017 À 380,76 MILLIARDS DA EN 2018

Le budget de Zaalane explose

Par

Son budget a triplé pour 2018. Le département des travaux publics et des transports a eu la part du lion dans la loi de finances 2018. «Le budget équipement du secteur, dans le projet de loi de finances (PLF) 2018, s'élève à 380,76 milliards DA, contre 62,69 milliards DA en 2017, soit une hausse de 507%», a affirmé Abdelghani Zaalane, premier responsable du secteur. Contrairement à d'autres secteurs qui ont vu leur budget revu à la baisse, le département des travaux publics et du transport est bien servi. S'exprimant dimanche dernier devant la commission des finances, le ministre a affirmé que son secteur verra le lancement de nouveaux projets, après trois années de gel. «Cette augmentation significative s'explique par l'inscription de plusieurs nouveaux projets, et ce après trois années où aucun projet n'a été inscrit dans le budget», a-t-il affirmé en guise de justification. Zaalane a affiché clairement sa satisfaction. «Grâce à la loi de finances 2018, nous pouvons dire que le secteur a dépassé la zone de turbulences», a-t-il reconnu. Ainsi, le secteur sera en mesure de mener à bien ses projets inscrits dans les travaux publics et les transports. Rien que pour le nouveau port de Cherchell, une enveloppe de 150 milliards DA lui a été allouée. Elle concerne la réalisation de la première tranche du port du Centre (Cherchell) et sa connexion au réseau routier et ferroviaire, avec tous les équipements et dépendances, à l'image des zones industrielles et des plates-formes logistiques. S'exprimant sur ce sujet, l'hôte des députés a affirmé que «les autorités publiques s'attellent à la libération des assiettes foncières nécessaires et à l'indemnisation des propriétaires, parallèlement, l'étude préliminaire exhaustive est en phase de maturation pour écarter une éventuelle réévaluation du projet». Il a indiqué que la gestion du «Port centre» sera confiée à une société mixte associant un partenaire étranger de renom, selon la règle des 51/49% régissant les investissements étrangers. Selon ses propos, il a été fait appel à un partenaire étranger de renom au regard de l'envergure du projet et les exigences de sa gestion moderne, d'une part, et la nécessité de faire venir les grands opérateurs du commerce international, d'autre part. Le projet devrait favoriser les échanges commerciaux à l'échelle nationale et internationale, de par son emplacement à 16 miles seulement de la zone méditerranéenne où se concentrent 21% du trafic maritime et commercial international. A l'instar de ce projet, une enveloppe de 65 milliards DA est prévue pour l'entretien de 500 km de routes nationales, autoroute Est-Ouest ainsi que l'entretien des ports et aéroports, le renforcement des ponts métalliques et la réhabilitation de la voie ferrée. Au titre du développement des régions enclavées au nord et au sud du pays, une enveloppe de 28 milliards DA est réservée à la réalisation et au renforcement des projets de dédoublement et de réhabilitation des routes. Par ailleurs, un montant de 6,5 milliards DA a été alloué à la mise en oeuvre de la deuxième phase du système de régulation du trafic routier à Alger visant à désengorger la circulation routière et améliorer les conditions de transport au niveau de la capitale. Ce n'est pas tout. Le ministre a fait savoir que 178,15 milliards DA ont été consacrés à la réévaluation du programme en cours de réalisation. Concernant le péage sur l'autoroute Est-Ouest, le ministre a annoncé qu'il sera bientôt tarifié. Le parachèvement des 84 km restants de l'autoroute Est-Ouest reliant la région de Dréan aux frontières algéro-tunisiennes, souligne-t-il, débutera avant la fin de l'année en cours. Le ministre a assuré que cette autoroute sera dotée de tous les équipements nécessaires au bien-être et à la sécurité des usagers, outre les points de péage. Zaalane a précisé que les tarifs seront fixés dans les semaines à venir dans le cadre d'un travail de concertation au sein du gouvernement. «D'après un sondage réalisé par une société étrangère spécialisée, 84% des citoyens sont prêts à payer en contrepartie de l'utilisation de l'autoroute Est-Ouest», a-t-il indiqué en précisant que les recettes seront destinées au financement des travaux de maintenance sans recours au Trésor. Concernant la voie ferrée, le réseau national s'est doté de 2 300 km supplémentaires pour atteindre actuellement 6 300 km. Ce chiffre devra passer à 12.500 km à l'horizon 2025.