PORTES OUVERTES DE LA CNAS À TIZI OUZOU

La sécurité: ce petit détail qui coûte cher

Par

La Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés a organisé ce lundi des journées portes ouvertes sur la sécurité dans les lieux de travail. Cette manifestation de sensibilisation et d'information qui s'est tenue à la Maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou entre dans le cadre d'une campagne nationale d'information inscrite sous le slogan «Lieux de travail sécurisés, travailleurs protégés». Selon le communiqué de la Cnas, cette campagne de sensibilisation et d'information a été décidée auprès de ses agents dans différentes entreprises où il a été constaté des manquements en matière d'organisation des lieux de travail. Aussi, cette manifestation, s'adresse aux travailleurs mais aussi aux employeurs afin d'agir pour la préservation efficace et durable de la sécurité et de la santé des travailleurs. Leur bien-être, ajoute le communiqué, est exclusivement lié à un environnement professionnel sûr et adapté au métier de risque sans détérioration de la santé.
Aussi, ces portes ouvertes organisées par la Cnas et ses partenaires sont l'occasion pour les employeurs et les travailleurs de s'enquérir auprès des professionnels de la Cnas, médecins, ingénieurs, inspecteurs et contrôleurs de prévention et s'enrichir de connaissances et des outils nécessaires à la mise en oeuvre de la prévention des risques professionnels. C'est également un moyen de communication et de promotion du salon-congrès Préventex 2017 organisé sous l'égide de la tutelle et le parrainage du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Le salon, ajoute le communiqué, aura lieu du 13 au 15 novembre au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger. Sur le terrain, la situation décrite par les agents de la Cnas est aisément constatable. Beaucoup d'entreprises ne respectent pas les consignes de sécurité. Des manquements dont les travailleurs n'en sont pas moins responsables.
L'exemple le plus flagrant apparaît lorsqu'on entre dans un chantier du bâtiment. Sur les lieux, rares sont les ouvriers qui se mettent en tenue, tout en observant les règles de sécurité. Pis encore, des ouvriers viennent sur les chantiers avec des claquettes ou des sandales.
En fait, le chemin reste encore long pour l'instauration d'une nouvelle mentalité chez l'Algérien. L'assurance est d'abord du domaine de la providence, avant qu'elle ne soit techniquement humaine. C'est la mentalité régnante, preuve en est que plusieurs domaines en souffrent encore. Là, ce phénomène qui apparaît clairement c'est l'agriculture. En effet, selon les responsables de l'organisme de la Crma, seuls 3% des agriculteurs procèdent à l'assurance de leurs biens. C'est pourquoi, les campagnes menées par la Cnas sont d'une utilité absolue, vu leur rôle dans la sensibilisation d'abord, avant le passage à la sanction.
Le citoyen est celui qui a le plus besoin de se protéger des accidents du travail.