TIZI OUZOU

La désarmante morosité d'une campagne

Par
image

Lassés, les citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou, vaccinés par les expériences précédentes, n'expriment pas d'intérêt particulier à l'égard de ces élections.

La majorité des meetings populaires programmés dans la wilaya de Tizi Ouzou dans le cadre de la campagne électorale pour les élections municipales du 23 novembre a été tout simplement annulée par les partis et les indépendants...faute d'assistance. prés de 80% des meeting ont été annulé, selon fateh ouaveth magistrat et membre de la Hisse M.Ouareth s'exprimait sur les ones de radio Tizi-ouzou C'est dire que la mission des politiques et des candidats s'avère difficile. Les citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou, vaccinés par les expériences précédentes, n'expriment pas d'intérêt particulier à l'égard de ces élections. Juste une minorité continue de croire que le changement positif ne peut provenir que par les urnes. Voter constitue la seule issue possible à la crise, estime cette partie optimiste. Alors que l'autre partie demeure sceptique et croit que, quels que soient les candidats qui seront élus, la répercussion sera la même sur leur cadre de vie et sur la prise en charge de leurs problèmes et autres préoccupations. Dans ce climat guère favorable, les candidats poursuivent leur quête des voix sans capituler. Hier, mercredi, les candidats de la liste indépendante «Timlilit» (la rencontre), qui convoitent l'Assemblée populaire communale d'Ath Douala, ont organisé un meeting au chef-lieu de cette commune, distante d'une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya. La tête de liste de «Timlilit», Amar Fekhar a plaidé pour sa cause en mettant en avant le fait qu'ils ont travaillé sur des propositions et un projet concret pour faire sortir la commune d'Ath Douala de sa léthargie et pour lui permettre de prendre la route vers le développement. «Nous avons un programme efficace qui permettra à Ath Douala de retrouver un meilleur cadre de vie et de mettre un terme à la «hogra» à tous les niveaux», a déclaré la tête de liste «Timlilit». Par ailleurs, les candidats à l'Assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou et ceux qui convoitent l'APC de Ouacif ont choisi cette localité pour signer la journée de campagne d'hier. C'est à Ouacif que les candidats du FLN ont lancé leur appel pour un vote massif en faveur de leurs listes. La tête de liste du FLN à l'APW, Hamid Malki, a insisté sur le fait que le programme du FLN dans la wilaya de Tizi Ouzou donne la priorité au domaine de l'investissement et de son encouragement. La deuxième priorité du FLN et de ses candidats est la jeunesse, surtout les universitaires qui terminent leur cursus d'études supérieures et peinent à trouver du travail. «Au FLN, notre priorité, c'est l'investissement, le transport, la communication et l'éducation», a martelé Hamid Malki. Ce dernier a expliqué qu'il s'agit là des quatre secteurs névralgiques, lesquels, s'ils venaient à être développés, seront la clé pour la sortie de cette situation difficile que vivent nos communes et villages. Hamid Malki a insisté sur le fait que la région de Tizi Ouzou recèle d'énormes potentialités, lesquelles devraient être exploitées à bon escient afin d'avancer dans le sens positif. Mardi dernier a été marqué également par de nombreuses sorties de proximité dans plus d'une localité comme à Azeffoun, Maâtkas, Tizi Ouzou-ville, les Ouadhias. Aux Ouadhias, ce sont les candidats du parti TAJ de Amar Ghoul qui sont allés à la rencontre des électeurs alors qu'à Azeffoun, les candidats du Front des forces socialistes y sont allés en masse pour tenter de convaincre une population très rigide sur la question des élections alors qu'il y a vingt ans, il s'agissait de l'une des wilayas les plus politisées d'Algérie. Concernant les chefs de partis politiques, après Louisa Hanoune, ayant animé un meeting mardi dernier à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri, aujourd'hui (jeudi), c'est au tour de Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA) d'animer un meeting, également à la Maison de la culture, dès 10 heures, a indiqué la cellule de communication de ce parti dans la wilaya. Il y a lieu de souligner enfin, que compte tenu de l'indifférence de la population à cette campagne électorale, les partis et les indépendants en lice pour les élections locales du 23 novembre ont été obligés d'annuler 80% des meetings ayant été prévus depuis le début de la campagne. Seuls 20% des meetings électoraux envisagés ont pu être tenus dans les quatre coins de la wilaya. Vu cette tiédeur de la campagne électorale, les partis reverront-ils leurs stratégies dans le choix des candidats et concernant la manière de se comporter avec les citoyens qui ne sont sollicités par les partis politiques, à chaque fois que la veille des élections? La question mérite vraiment d'être posée.