PÊCHE DU THON ROUGE 2018

L'Algérie tente de récupérer son quota

Par

L'Algérie continue de défendre son droit au rétablissement de sa quote-part historique de pêche du thon, qui lui avait été enlevée en 2010, soit environ 5% du total admissible de captures (TAC) décidé auparavant par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta). En effet une délégation algérienne va sa rendre à Marrakech le 14 du mois courant, où va se réunir la Cicta, du 14 au 20 novembre prochain, pour demander une augmentation de son quota de pêche de thon rouge. Selon le directeur général de la pêche et de l'aquaculture auprès du ministère de l'Agriculture, Taha Hamouche, qui rapporte l'information, cette énième demande illustre toute la détermination de l'Algérie «à défendre ses chances pour augmenter son quota». Pour rappel, la Cicta profitant de l'absence de la délégation algérienne à sa 17ème réunion annuelle tenue en 2010, avait décidé de réduire le quota de l'Algérie pour le porter à 1% du total admissible de captures(Tac). Depuis, l'Algérie n'acesse de demander à ce que sa quote-part historique soit rétablie. En effet, la réunion de la Cicta tenue en 2014 à Gènes (Italie) au cours de laquelle elle avait défini le plan de répartition des quotas de pêche par pays jusqu'à 2017, l'Algérie avait bénéficié d'une augmentation graduelle de son quota qui avait été fixé à 243 tonnes au titre de l'année 2014, à 370 tonnes en 2015, à 460 tonnes en 2016 et à 546 tonnes en 2017, soit environ 2% du total admissible de captures (Tac). «Cette dernière augmentation du quota de l'Algérie raflée en novembre dernier au Portugal (Vilamoura) est le fruit d'âpres négociations menées par la délégation algérienne qui a joué le coup en demandant un quota supplémentaire pour se rapprocher du seuil historique de 5% du total admissible de captures dont bénéficiait l'Algérie jusqu'à 2010» a souligné Taha Hamouche à la presse en marge du 7ème Salon international de la pêche et de l'aquaculture (Sipa) qui s'est tenu dernièrement à Oran...
Toujours à propos de cette dernière augmentation du quota de pêche du thon rouge, le directeur de la pêche et de l'aquaculture affirmera: «C'est une réalisation exceptionnelle pour l'Algérie non sans précisera que: nous sommes le seul pays qui a obtenu une augmentation de son quota par rapport au quota initial lors de la réunion de Vilamoura.» Taha Hamouche a, par ailleurs, indiqué que l'augmentation du quota de l'Algérie de pêche de thon permettra des recettes en devises, le produit étant exporté vers l'Asie. Et d'ajouter dans ce sens que l'exportation du quota de 2017 a permis aux investisseurs algériens d'engranger une quinzaine de millions d'euros. Ce responsable a enfin révélé que «les négociations pour porter le quota de 2017 jusqu' à 1.043 tonnes étaient très dures ajoutant que celles du quota de la campagne de 2018 le seront aussi». A savoir enfin que l'Algérie compte une flotte de 17 thoniers dont 14 ont repris à la saison 2017.