OULD ABBÈS À RELIZANE

"L'Etat fort commence par l'APC et l'APW"

Par

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, a affirmé jeudi soir à Relizane que «l'édification d'un Etat fort commence par la mise en place d'APC et d'APW proches du citoyen». Le patron du FLN qui a animé un meeting au Palais des sports au centre-ville de Relizane dans le cadre de la campagne pour les prochaines élections locales a expliqué que «ces assemblées élues sont les plus proches du citoyen». D'après l'APS, il a estimé que «la commune constitue la base de l'Etat», en exhortant les candidats de sa formation politique à écouter les préoccupations des citoyens pour les prendre en charge, de favoriser le travail de proximité et d'éviter les promesses illusoires. Il a déclaré que «les élections seront une occasion de passation du flambeau à la jeunesse». Il a expliqué que «cette passation de la génération des moudjahidine à la nouvelle génération s'opère progressivement, tout en veillant à la sauvegarde du FLN, appelant dans ce sens à voter pour les listes de candidatures de son parti aux prochaines élections locales «pour contribuer à l'édification de l'Etat algérien». Après avoir rappelé que le programme du FLN est basé essentiellement sur celui du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, il s'est étalé sur l'histoire de la région de Relizane durant la glorieuse guerre de Libération nationale évoquant ses héros. «Relizane est l'une des wilayas du pays qui ont beaucoup souffert des affres du terrorisme», a encore souligné le secrétaire général du FLN, en affirmant que la sécurité dont jouit aujourd'hui le pays est le fruit de la politique et du programme du président de la République. Il a déclaré la veille à Médéa que «les attaques dont fait l'objet, depuis quelques jours, sa formation politique, ne sont pas une source d'inquiétude pour le vieux parti et ne parviendront pas à ébranler sa confiance en une large victoire lors du scrutin du 23 novembre». «C'est plutôt nos adversaires politiques qui sont inquiets devant la machine électorale du parti et de son ancrage au sein de la société», a-t-il ajouté, affirmant que «le peuple est avec le FLN, qu'il est sa source et son vivier». Il a invité, dans ce contexte, les candidats de son parti à privilégier le travail de proximité, d'être à l'écoute des préoccupations et des attentes des citoyens, tout en les appelant à éviter de donner de faux espoirs aux gens et de faire des promesses irréalistes. Les candidats sont appelés, dans le cadre de leur travail de proximité, à convaincre l'électorat à choisir les listes du parti et les inciter à aller voter au profit de ces candidats, en optant pour un discours réaliste et mobilisateur. «Le FLN a pris le pari de miser sur la jeunesse pour consolider sa place de première formation du pays», a-t-il indiqué, soutenant que «le mouvement de rajeunissement opéré au sein du parti sera l'un des facteurs de réussite lors du scrutin du 23 novembre».