JOURNÉE DE LA GASTRONOMIE FRANÇAISE

Gaëtan Cossoul: quand la passion se mêle au savoir-faire

Par
image

Malgré sa réputation et sa popularité, il est resté très modeste, s'adressant à son public avec beaucoup de pudeur et sincérité, dévoilant le secret de sa réussite.

De la passion, du don et un savoir-faire particulier, C'est ce qui distingue ce jeune gastronome ayant su séduire un public nombreux et intéressé. Il s'agit de Gaëtan Cossoul, qui a réussi des merveilles, lors de cette soirée du mercredi à l'hôtel Novotel à l'initiative de l'Institut français à Constantine, en offrant des goûts avec beaucoup de saveur à son public, à l'occasion de la rencontre gastronomique française célébrée chaque année à travers le monde dans 150 pays. Usant de produits nobles, l'hôte de Constantine, arrivé de France, a gâté son public avec une pâtisserie délicieuse, en réalisant un fondant au chocolat. Pour ce jeune autodidacte, comme il le confie lui-même à L'Expression, «je suis fier d'être en Algérie, je suis ravi et heureux pour ce moment de partage, pour ce moment qui me permet de montrer mon savoir-faire», mais ajoute-t-il «j'ai beaucoup appris, j'ai vu une autre façon de faire artisanale, plus dure encore, c'est pour ça que je n'aime pas le mot chef, car on apprend toujours». L'invité, malgré sa réputation et sa popularité, est resté très modeste, s'adressant à son public avec beaucoup de pudeur et sincérité, dévoilant le secret de sa réussite. Très accessible «le chef» a laissé de très bonnes impressions au sein des Constantinois qui ne manqueront de l'approcher pour lui demander conseil. En 2012, il est largement médiatisé après avoir décroché avec mérite et consécration, le Prix gastronomique décerné par le «Guide des gourmands». La presse française commente à ce propos que c'est «une première pour un pâtissier landais». Gaëtan Cossoul coassocié de Bellis qui s'adonne à des réalisations artisanales, loin de l'industrie, a fait fondre, rapporte-t-on, «les gastronomes un par un depuis l'ouverture de l'établissement, il y a un an et demi. Mais aussi leur gâteau basque, pâtisserie classique déclinée en plusieurs saveurs, ou encore leur délicieux pain d'épices, réclamé même en été par des touristes, venus retrouver la douceur de la saison passée, et dont la préparation réclame subtil dosage et savoir-faire à Gaëtan Cossoul». Meilleure boulangerie, meilleures pâtisserie, viennoiserie, fondant chocolat, pastis landais et bien d'autres délices, l'invité de l'Algérie pour la seconde fois gardera de très bonnes impressions. Il ne manquera pas en tout cas de vanter les produits algériens qu'il qualifie de grande qualité, puisqu'ils ne subissent aucune transformation d'où leur goût authentique, bénéfique pour la santé. S'adressant toujours à son public, il donnera tous les conseils et répondra à toutes les questions avec un sourire qui ne quitte pas son visage. Même si on n'aura pas tout dit, le peu dévoilé sur ce jeune gastronome suffit pour encourager le retour au savoir-faire artisanal.