À L'OCCASION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA FAMILLE

Le plan d'action de "Femme active"

Par

La célébration de la Journée mondiale de la famille, hier, a été l'occasion pour l'association Femme Active de Tizi Ouzou d'animer une série de conférences sur ce thème au niveau de la petite salle de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, Tenues sous le thème «La santé de la famille, acquis et attentes», les conférenciers ont évoqué de nombreuses problématiques auxquelles est confrontée la famille algérienne. Dans son intervention, à l'ouverture des travaux, la présidente de l'association, Mme Djouher Hachemi, a présenté un véritable plan d'action pour la protection de la famille dans un univers hostile.
En fait, cette femme très dynamique et très présente sur le terrain aux côtés des familles a appelé les pouvoirs publics pour un programme national spécial pour les crèches et les écoles privées. C'est, estime-t-elle, le meilleur moyen d'apprendre aux enfants les valeurs nationales, d'assurer la cohésion sociale, apprendre l'amour de l'environnement, le civisme avant d'aller à l'école apprendre les valeurs universelles. Mme Djouher Hachemi a également lancé un appel au secteur de la santé et à la Cnas afin de réfléchir à la réforme hospitalière pour garantir l'accès aux soins à tous les Algériens diminués.
La séance de communication a également été très intéressante avec plusieurs interventions qui ont touché à des questions très sensibles relatives aux problèmes de la famille algérienne en général et locale en particulier. Représentant la DAS, Fazia Laziz a abordé le rôle de cette institution dans le maintien de l'équilibre et de la cohésion familiale par ses diverses formes d'intervention sur le terrain. L'oratrice a touché à une problématique très sensible concernant les personnes âgées tout en mettant en exergue le rôle de la DAS dans leur protection et leur prise en charge. Fazia Laziz a également évoqué dans sa communication l'accompagnement de la femme rurale par son insertion dans la vie active, à travers des dispositifs comme l'Ansej, la Cnac et l'Angem dans le cadre de la promotion de la femme rurale. La réactivation d'une cellule chargée des enquêtes sociales est en cours, ajoute-t-elle, ciblant surtout les femmes évoluant dans les zones de pauvreté et de précarité. Dans le cadre de la protection de la famille, la DAS compte par ailleurs former un personnel de médiation pour les envoyer sur le terrain dans les prochains mois. De son côté, Graïne, représentant de la Sûreté nationale, a abordé les relations des parents avec leurs enfants et leurs conséquences quotidiennes. Les réseaux sociaux sont également, pour l'orateur, une source de danger si les familles ne sont pas vigilantes.
Pour l'orateur, le danger commence donc dans la famille à cause du manque de vigilance et de communication. C'est approximativement le même sujet qui a été abordé par le jeune psychologue Sofiane Adaoune de l'université de Tizi Ouzou. L'orateur s'est penché surtout sur l'importance des relations entre les parents et leur impact sur les enfants.