SITUATION DES PARAMÉDICAUX

Les assurances du ministre de la Santé

Par

Le dossier du paramédical sera traité avec «toute l'attention» qu'il requiert, a affirmé, hier, à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui. Insistant sur le rôle «important» de ce corps de la santé, le ministre a déclaré que «le dossier du paramédical sera traité avec toute l'attention que je lui dois. C'est l'un des premiers dossiers que j'ai ouverts». Le ministre s'exprimait ainsi à l'ouverture hier de la 6ème Journée scientifique des paramédicaux. Cette manifestation est organisée par le Centre hospitalo-universitaire de Bab El Oued, Mohamed-Lamine Debaghine, avec comme ordre du jour central «Réalités et perspectives de la profession paramédicale». Hasbellaoui a ajouté que le corps du paramédical était «le plus important» dans le sens où «il soutient l'équipe phare» médicale. A ce titre, il doit non plus «être complémentaire, mais associé», a-t-il recommandé. Et de poursuivre: «La recherche dans le domaine du paramédical a toute sa valeur dans toutes les instances scientifiques internationales et elle le sera pour nous également.» Partant, le ministre relèvera «l'intérêt» des formations professionnelles et académiques en indiquant: «Nous allons favoriser la formation académique qui sera une de nos priorités car elle aboutira à des statuts de chercheurs.»
Le ministre a conclu en sollicitant «l'adhésion de tous afin de réussir à faire avancer ce dossier dans la sérénité», promettant, dans cette perspective, des «discussions» à l'avenir.
De son côté, le directeur général du CHU de Bab El Oued, Yahia Dehar, a expliqué, dans une déclaration à la presse en marge de l'événement, que «l'enjeu de cette rencontre consiste à réfléchir comment faire évoluer la qualité des soins dans un milieu hospitalier». Il a estimé nécessaire d'instaurer un débat sur «l'importance du corps paramédical notamment de la phase délicate post-opératoire», ainsi que de «l'impact de la communication» entre le malade hospitalisé et le corps paramédical.
Par ailleurs, a conclu le ministre Hasbellaoui, il sera également question de la problématique de la protection contre les rayonnements ionisants, aussi bien en faveur du malade que celui du personnel soignant. Il est utile de rappeler que le personnel paramédical avait entamé une grève cyclique en janvier dernier qui a été depuis suspendue suite à un compromis. Ce personnel réclamait, entre autres revendications, la participation du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) à l'élaboration du projet de loi sur le travail et celui sur la santé, bénéficier aussi, de la retraite proportionnelle et sans conditions d'âge, mais également du système de formation LMD.
Par ailleurs, parmi les exigences mises en évidence par le SAP se trouve l'absence de sécurité au sein des différentes infrastructures hospitalières que compte le pays.