EN SOLIDARITÉ AVEC LA JOGGEUSE AGRESSÉE PAR UN INCONNU

Des centaines de femmes courent à Alger et Constantine

Par
image

La violence contre la femme n'est certes pas un problème typique à l'Algérie, néanmoins les individus hostiles à la femme doivent être poursuivis en justice.

Plusieurs centaines de femmes ont pris part, hier, à Alger et Constantine, à un jogging collectif. L'idée est venue d'un groupe de garçons, qui a été approuvée par les participantes et intervient en signe de protestation contre la violence subie par les femmes et en signe de solidarité avec Ryma, cette jeune fille qui a commis un crime en décidant de pratiquer un footing avant la rupture du jeûne.
Sous le choc, elle se filme afin de parler de cette agression physique et verbale pour avoir effectué une séance de sport durant le mois de Ramadhan.
La vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux dans laquelle la victime raconte: «Dites-moi, je veux juste savoir si c'est haram de faire du sport une heure avant le maghreb ou pas?» S'interroge-t-elle à qui veut entendre sa détresse, en ajoutant, pour expliquer la raison de sa question. «Parce que là je suis sortie faire mon footing comme d'habitude, une heure avant le maghreb, un jeune est passé à côté de moi, m'a frappée de façon violente et il m'a grondée en m'insultant et me disant: «Ta place est à la cuisine.» La jeune fille, déçue, souligne encore: «Je n'ai pas compris si c'est interdit. Aussi longtemps que je m'en souvienne, je fais du sport seule. Je fais une séance de footing seule, une heure avant le maghreb.
Aujourd'hui, cet homme a décidé de se retourner contre moi.» Ryma doublement déçue, se verra obligée de répondre à la question de la Gendarmerie nationale où elle voulait déposer plainte, en affirmant: «Ce qui me dérange le plus, c'est que quand je suis allée chez les gendarmes, quand je me suis plainte chez eux, ils m'ont répondu: ´´Pourquoi es-tu sortie faire un footing maintenant?'' Il n'était même pas 19h.» C'est l'agression de trop qui a fait bouger les choses et contre vents et marées, des jeunes ont décidé d'agir contre ces fanatiques d'un autre temps qui cherchent à discriminer et rabaisser la femme.
La violence contre la femme n'est certes pas un problème typique à l'Algérie, néanmoins les individus hostiles à la femme doivent être poursuivis en justice. Ainsi pour revenir à cette manifestation, un important parcours a été programmé. Rendez-vous à 16 heures, le moment du départ est prévu une demi-heure après.
Comme point de départ, le jardin de la Brèche, le parcours, le passage par la Corniche, les Grottes, le pont de Sidi M'cid, arrivant au CHU, pour prendre ensuite le chemin du retour en descendant jusqu'à Bab El Kantara, pont de Sidi Rached pour revenir au centre-ville et franchir de nouveau la Brèche.
Voilà une réponse des plus diplomatiques et des plus passives pour répondre à certains intégristes avec leurs idées qui ne voient pas en cette femme, l'épouse, la mère et la soeur mais juste un objet. L'initiative a été louée par les citoyens dont beaucoup vont faire le déplacement pour encourager les participantes.