A MOINS D'UNE SEMAINE DE L'AID:ORAN

Vivement la production nationale!

Par
image

Les habits cousus localement dont le design est la pure création du styliste et du modéliste algérien, donnent lieu à une forte demande.

C'est l'occasion ou jamais. Les producteurs locaux sont appelés à prouver ce dont ils sont capables en le démontrant encore plus, tout en faisant sa promotion, à l'occasion de l'Aïd El Fitr, de la qualité de la production locale. Il s'agit très précisément des habits et chaussures made In Algeria. Ce n'est plus un leurre, le produit local rivalise avec tous les niveaux les habits du type prêt-à-porter, importés et vendus à des prix exorbitants. La production nationale a, à la faveur des nouvelles mutations économiques, imposé sa notoriété rivalisant par conséquent, avec ces habits venant d'ailleurs, mais qui ne sont pas forcément meilleurs. Se vêtir d'un tee-shirt asiatique est très souvent synonyme d'une visite chez le dermatologue. Chausser un soulier provenant du même continent est, dans la plupart des cas, provocateur des allergies lambda dont le prurit et des démangeaisons de différentes natures envahissant, en un laps de temps record tout le corps. Le marché de Medina Djedida accorde une grande viabilité au produit algérien en lui attribuant de grands espaces pour sa commercialisation en dépit de l'offensive accrue lancée par le géant asiatique en cassant les prix, en mettant de côté le rapport qualité-prix. La chaussure classique de l'ex-Pomaria (Tlemcen actuellement) n'a rien à envier à celle importée à plusieurs euros à partir de l'Italie et de l'Espagne ou encore de la Turquie. Idem pour les habits cousus localement dont le design est la pure création du styliste et du modéliste algérien, d'où la forte demande. A moins de deux semaines de la fête de l'Aïd El Fitr, les familles, notamment celles à faible revenu, redécouvrent à leur grand dam, la cherté de l'habillement et les dangers des produits asiatiques. La place est donc donnée à la production localement fabriquée. «N'est pas vétille une telle prouesse concrétisée par les producteurs algériens en développant l'idée asiatique, vendre en quantité le produit algérien à condition qu'il soit bien fait», dira Kamel Ait Bennour commerçant grossiste de chaussure inondant chaque jour, le marché local par le produit fabriqué par des mains algériennes dont le prix est imbattable. Dans sa stratégie commerciale, ce jeune commerçant mise sur le rapport qualité-prix, voire la solidité du produit proposé. «Le cuir algérien est de meilleure qualité», explique Kamel Ait Bennour tout en revenant sur le droit absolu de l'enfant en le satisfaisant à l'occasion de cette fête religieuse, L'Aid El Fitr. Rien ne vaut la joie des enfants quand on leur fournit des habits neufs. Mais avec les prix affichés dans les magasins et les bazars, plus d'un père se retrouve étourdi après avoir sollicité le tarif fixé par des boutiques se proclamant spécialistes dans la commercialisation des produits made in. Or, le même produit est cédé à moitié prix à Mdina Djedida. Cet espace géant commercial à ciel ouvert met à rude épreuve ces marchands des illusions installés dans les rue Choupot, Khemisti et Larbi Ben-M'hidi. Le luxe au prix raisonnable est désormais algérien. Pourquoi pas? D'autant plus que le consommateur algérien n'est plus à mettre en garde ni encore moins l'avertir sur la nocivité de ces chaussures et habits proposés par des magasins détenus par des ressortissants asiatiques spécialistes eux aussi dans la vente en vrac des produits pouvant mettre en péril le consommateur. Ayant pris connaissance de cette réalité, les producteurs algériens relancent cette petite industrie en ouvrant de nombreux gérants d'ateliers de production de textiles et de tannerie. «Une nouvelle tradition s'est installée récemment à la faveur de nombreuses commandes que nous recevons, notamment pendant ces fêtes religieuses», dira le gérant d'un atelier installé à El Hassi. L'importation a connu une baisse notable tandis que la production locale créant l'événement est dominante. Que cela soit inscrit dans la durée!