LE MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE PRÉPARE L'AÏD EL ADHA ET RASSURE

"La viande ne sera pas bleue"

Par
image

Le ministre a souligné que la direction du contrôle vétérinaire du secteur s'est déployée avec force cette année.

La Chambre nationale d'agriculture a organisé, hier, à la Safex son assemblée générale ordinaire en présence du ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi et les présidents des Chambres régionales, les secrétaires généraux de 48 Chambres d'agriculture de wilaya. Le ministre Abdelkader Bouazghi a profité de cet événement pour rappeler la nécessité de booster le secteur de l'agriculture et toutes les filières connexes.
Le ministre s'est attelé à développer les grandes lignes des défis qui attendent ce secteur en axant son intervention sur l'urgence de réorganiser la profession et se mettre au diapason des mutations qui caractérisent le monde de l'agriculture et les mécanismes susceptibles d'apporter la valeur ajoutée escomptée. Dans ce sillage, le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a insinué aux responsables de la Chambre nationale de l'agriculture qu'il faut «arrimer les Chambres régionales et les coopératives multi-professionnelles avec les nouvelles exigences qui impriment le secteur de l'agriculture.
Les Chambres agricoles doivent participer avec efficacité dans le développement de l'agriculture et le développement rural sur le plan économique, social et technique et garantir le suivi et l'accompagnement quant à l'exécution des Politiques nationales et les plans d'action pour le développement des filières agricoles et la promotion des produits agricoles et les labels commerciaux et l'encouragement vers l'exportation et l'accompagnement», a relevé Abdelkader Bouazghi.
Le ministre de l'Agriculture a rappelé les participants et les responsables du secteur qu'«il est impératif d'améliorer le rendement des agriculteurs et les éleveurs en leur donnant la possibilité de participer dans des sessions et des cycles de formation et de sensibilisation organisés et encadrés par les institutions publiques et spécialisées en la matière», a indiqué Abdelkader Bouazghi.
Faisant allusion aux Assises nationales de l'agriculture et ce qu'elles ont dégagé comme dynamique dans l'objectif de consolider et capitaliser les résultats enregistrés depuis l'année 2000 à ce jour, Abdelkader Bouazghi a souligné dans ce sens que «la valeur de la production dans le domaine agricole a atteint 3 060 milliards de DA, et la contribution du secteur en termes de produit intérieur brut a atteint le taux de 12,3%, et la moyenne de la croissance durant toute cette décennie a atteint le taux de 8%», a asséné le ministre de l'Agriculture Abdelkader Bouazghi. Parlant des enjeux qui interpellent le secteur de l'agriculture et ses professionnels, Abdelkader Bouazghi a insisté sur l'urgence de mettre en place des instruments adéquats en mesure de protéger et de sauvegarder la valeur agricole. Dans le même sillage, Bouazghi a paraphrasé la déclaration du président de la République Abdelaziz Bouteflika qui a trait à la faiblesse de la structure et de l'organisation dans le secteur à travers ses coopératives interprofessionnelles et les chambres agricoles au niveau régional en soulignant que «le président de la République a rappelé la grande importance dont requiert le secteur de l'agriculture dans son message à l'occasion de l'inauguration des Assises nationales de l'agriculture du
23 avril 2018 en soulignant que «à cause de la vulnérabilité et de la faiblesse de la restructuration dans le secteur, (cela) mettra l'agriculture, qui est une activité essentielle, en position de proie à la spéculation. Ce qui amène les responsables du secteur à donner plus d'importance aux cadres et structures à l'image des chambres agricoles et associations professionnelles pour pouvoir défendre et protéger leurs intérêts et qui va permettre à notre société de profiter davantage de l'effort et de la production de nos agriculteurs et du fruit de leur labeur»», a mentionné Abdelkader Bouazghi.
Dans un autre registre, Abdelkader Bouazghi a répondu sur le volet qui a trait à la surveillance sanitaire des aliments d'origine animale et aussi à l'existence d'un foyer de la fièvre aphteuse qui s'empare du cheptel au niveau national. Dans ce sens, Bouazghi a affirmé qu'«il y a eu des cas qui ne dépassent pas les 40 têtes. On a cerné la question et nos vétérinaires sont sur le terrain pour faire face à toute éventualité. Le foyer a été maîtrisé et cette fièvre n'a pas pris de l'ampleur sur le cheptel», a indiqué Bouazghi.
Le ministre a rappelé que sa tutelle a instruit «l'Inmv pour veiller à la réalisation d'enquêtes épidémiologiques en vue d'élaborer la carte épidémiologique nationale et l'appui et la coordination logistique des campagnes de vaccination animale soutenues par les pouvoirs publics», a affirmé le ministre de l'Agriculture.
Quant à l'affaire des moutons et le scandale de l'Aïd al-Adha de l'année précédente qui a enregistré un nombre important de moutons où leur viande s'est rapidement décomposée, dégageant une couleur verdâtre comme signe d'une viande avariée, Bouazghi a souligné que «la direction du contrôle vétérinaire du secteur s'est déployée avec force cette année pour entamer des contrôles et des vérifications sur le terrain avec les éleveurs pour éviter que l'affaire de l'année dernière ne soit pas rééditée. Mais on ne peut pas affirmer qu'il ne pourrait pas y avoir des cas. C'est difficile de prévoir», et d'ajouter que «que les prix des moutons cette année seront régis par la loi de l'offre et de la demande, c'est la loi du marché, on ne peut pas intervenir dans ce domaine. Notre intervention se fera au niveau du contrôle vétérinaire et aussi en matière de qualité», a conclu Abdelkader Bouazghi. Pour rappel, l'assemblée générale ordinaire vient «comme suite de l'opération de renouvellement des instances des Chambres de l'agriculture qui a lieu le 29 décembre 2016, et la désignation et l'installation du conseil d'administration intervenues en date du 22 décembre 2017», a noté le président de la Chambre nationale de l'agriculture.