INDUSTRIE TOURISTIQUE À TIZI OUZOU

Initiative innovante cherche sponsor

Par
image

Depuis une année, cette idée développée par un jeune de Kabylie sillonne les administrations et les entreprises pour réunir l'adhésion pour un projet de Salon de l'industrie du tourisme, mais en vain.

Faudra-t-il parler de manière générique de tourisme ou passer désormais à une terminologie plus réaliste de l'industrie touristique. Pour évoquer ce créneau dans son aspect économique comme il est d'usage dans tous les pays du monde, il faudra en effet, inclure tous les intervenants dans le secteur. Mais hélas, dans notre wilaya particulièrement et en Algérie de manière générale, on continue à reproduire la caricature en croyant que le tourisme se résume aux plages et aux artisans. Chose qui n'est plus de mise.
Aujourd'hui, dans le monde et chez nos voisins, on parle d'industrie touristique dans les faits et pas dans les discours. Preuve de ce décalage, un secteur complètement oublié dans notre pays alors qu'ailleurs, il est une clé indispensable dans toute cette machine. Le tourisme ne peut fonctionner sans le transport. Reconstruire le puzzle et synchroniser tous ses éléments n'est pas l'affaire des services du tourisme uniquement. Bien au contraire, ils ne réussiront jamais car la tâche dépasse leur domaine exclusif. C'est une vision globale de la politique touristique qui devra faire l'objet d'une réflexion sur des bases nouvelles. Une vision nouvelle pour une démarche nouvelle qui réunira sur un même objectif tous les intervenants nécessaires pour mettre en marche la machine.
Ce qui n'est pas prêt de se réaliser. Preuve en est que depuis une année, une boîte d'évènementiel menée par un jeune journaliste sillonne les administrations et les entreprises pour réunir l'adhésion pour un projet de salon de l'industrie du tourisme mais en vain. Le projet est novateur car il apporte les éléments de cette vision nouvelle qui inclut tous les acteurs. Un salon professionnel avec une organisation et des objectifs économiques. Un projet qui a besoin de l'adhésion des pouvoirs publics pour plusieurs raisons. Faire profiter tous les intervenants de l'occasion pour nouer des partenariats et échanger des expériences mais aussi mettre les exposants des produits du terroir et de l'artisanat devant le plus grand potentiel d'acheteurs dont dispose la wilaya de Tizi Ouzou. Et, il est à souligner que ce potentiel d'acheteur se trouve durant la saison estivale dans les villes côtières où affluent des millions d'estivants. L'objectif du salon est de donner le maximum d'occasions de vendre aux producteurs et mettre les intervenants devant l'opportunité de créer des partenariats et de nouvelles idées pour une gestion professionnelle du secteur. Dans l'attente d'une oreille attentive pour convaincre de son idée, le jeune espère un intérêt du ministère du Tourisme pour expliquer son projet qu'il espère installer comme un rendez-vous annuel des professionnels du tourisme.
Pour revenir à l'élément oublié, la saison estivale qui bat son plein est un indice suffisant pour constater la carence fatale du transport. Les villes littorales sont des musées à ciel ouvert. Des sites éparpillés dans plusieurs villages et des lieux à visiter dans les communes voisines ne sont jamais accessibles aux touristes et estivants à cause de l'absence de transport. Les visiteurs qui voudraient, et ils le sont par centaines de milliers, visiter ces sites n'ont pas à leur disposition ces moyens qui devraient servir aussi pour des visites guidées. Mettre le transport au service des touristes passe aussi par la réanimation des agences de tourisme qui ne vivent plus que des réservations d'hôtels et de Omra. Les circuits touristiques sont très nombreux dans la wilaya de Tizi Ouzou mais ils ont besoin de transport organisé pour être accessibles donc rentables économiquement.
En gros, c'est toute une vision globale qu'il faut mettre sur pied avec la participation de tous les intervenants. Et c'est justement l'objectif du salon qui cherche une oreille attentive.