PROJET 2 300 LOGEMENTS AADL

Les citoyens ont marché à Azazga

Par

A chaque fois qu'une nouvelle opération de distribution de logements est à l'ordre du jour, elle provoque presque systématiquement des remous. Et pour cause, les citoyens qui sont dans le besoin impérieux craignent de ne pas pouvoir en bénéficier surtout quand le nombre de demandeurs dépasse de loin le nombre de logements disponibles. A première vue, 2300 logements, c'est beaucoup mais compte tenu de la forte demande enregistrée sur ce quota dont a bénéficié la commune d'Azazga dans le cadre Aadl, il va sans dire qu'il risque fort bien de susciter des mécontentements. D'ailleurs, hier, la ville d'Azazga, située à 40 kilomètres à l'est du chef-lieu de wilaya, a vécu une journée mouvementée. Ils étaient des centaines de citoyens, tous résidant, dans la commune d'Azazga, à avoir battu le pavé dans les rues de cette ville. Les manifestants ayant traversé les différentes rues principales de la ville d'Azazga, ont terminé leur parcours devant le siège de l'Assemblée populaire communale afin d'exprimer leurs revendications inhérentes principalement au fait que les citoyens résidant sur le territoire de la commune devraient être prioritaires à bénéficier de ce projet de 2300 logements Aadl.
Pour sa part, le président de l'APC d'Azazga a indiqué que ce problème dure depuis plusieurs mois, mais de nombreuses démarches ont été entreprises, aussi bien par ses soins, que par les comités des villages de la commune d'Azazga. D'après le premier magistrat de la commune d'Azazga, ils ont trouvé une oreille attentive auprès du wali. D'ailleurs, il y a quelques jours, Mohamed Bouderbali, wali de Tizi Ouzou, a reçu dans son bureau une délégation composée du maire d'Azazga et des présidents des comités de villages de la même localité. Toujours selon le maire d'Azazga, qui a fait hier une intervention médiatique suite à la tenue de la marche, le wali avait promis que ce sont les souscripteurs résidant sur le territoire de la commune d'Azazga qui seront passés en priorité. Mais, a ajouté le même élu, l'engagement du wali a été fait verbalement. Or, les citoyens protestataires ont exprimé leurs appréhensions, à travers la marche d'hier quant au fait que cet engagement pourrait être remis en cause à tout moment à cause de l'absence d'une directive écrite de la part du wali.
Ce qui fait qu'il y a 48 heures, une autre réunion a eu lieu également au siège de la wilaya, entre le maire d'Azazga et les responsables des comités de villages, d'une part et le secrétaire général de la wilaya d'autre part. Les mêmes engagements ont été réitérés par le secrétaire général de la wilaya. Mais encore une fois, déplorent les citoyens d'Azazga, cela a été fait oralement. Il y a lieu de souligner enfin, que suite à la marche des citoyens d'Azazga hier, la réaction des autorités locales, à commencer par les responsables de la wilaya, a été rapide.
En effet, à peine la marche en question terminée, qu'une décision a été prise par le wali de dépêcher une délégation vers la ville d'Azazga, présidée par le secrétaire général de wilaya et d'autres responsables du secteur de l'habitat. Cette délégation devait présider une séance de travail concernant le programme des 2300 logements Aadl et elle devait se tenir au siège de la daïra d'Azazga hier en fin de journée, a indiqué la cellule de communication du cabinet du wali dans un communiqué qui nous a été transmis en début d'après midi.