"Le terrorisme sera pourchassé sans répit"

Par
image

Le défi d'éradiquer le terrorisme jusqu'à ses derniers résidus est le défi commun que se sont lancé l'Algérie et la Tunisie.

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire Nouredine Bedoui, a choisi avant-hier le poste frontalier d'Oum T'boul hautement symbolique pour exprimer la solidarité de l'Algérie avec la Tunisie suite aux dernières attaques terroristes l'ayant ciblée. «La sécurité de l'Algérie dépend de celle de la Tunisie et celle de la Tunisie dépend de celle de l'Algérie. Le défi d'éradiquer le terrorisme jusqu'à ses derniers résidus est le défi commun que se sont lancé nos deux pays», a indiqué Nouredine Bedoui, soulignant que la coopération dans ce domaine est marquée par un échange intensif d'informations et une étroite coordination. «Les relations entre l'Algérie est la Tunisie sont également excellentes dans les domaines commercial et touristique et vont l'être davantage à l'avenir», a ajouté Bedoui, mettant en valeur les efforts que les deux pays sont en train de fournir en termes de facilitation du déplacement des touristes des deux pays dans de bonnes conditions. «L'inauguration du nouveau pavillon -piéton au niveau du poste frontalier d'Oum T'boul s'inscrit dans cette démarche», a fait remarquer l'hôte de la wilaya d'El Tarf. «Le poste frontalier d'Oum T'boul est le poste que les Algériens et les Tunisiens fréquentent le plus pour aller dans les deux sens», ont expliqué pour leur part les services de la police et de la douane, sur place. «En 2017, plus de deux millions d'Algériens ont traversé ce poste à destination de la Tunisie. Le chiffre serait aussi le même cette année. Près d'un million d'Algériens ont traversé ce poste jusque-là pour aller en Tunisie», indique-t-on en outre. Le ministre de l'Intérieur, qui a suivi l'exposé, a recommandé aux services de la douane d'assouplir davantage les procédures douanières. «Ces derniers doivent être faisables à distance. Il n'y a rien qui vous empêche d'aller vers l'étape de la numérisation», a préconisé le ministre. Par ailleurs, et en rencontrant les représentants de la société civile et les élus locaux, Nouredine Bedoui a fait part de deux décisions importantes. La première est le nouveau découpage territorial. L'idée de la création de nouvelles communes est désormais, pour le ministre de l'Intérieur, une fatalité. «L'ampleur qu'ont prise certains villages et quartiers en matière d'urbanisme et du nombre de la population ces dernières années impose au gouvernement le défi de revoir le découpage territorial actuel», a expliqué le ministre. Le dossier du nouveau découpage territorial ne relève pas toutefois uniquement, nuance Bedoui, du gouvernement, mais aussi des deux chambres du Parlement. Et d'ajouter: «Le gouvernement est favorable à ce projet, car il va dans le sens du projet de la création de nouvelles wilayas initié pour l'heure dans les wilayas du Sud.»

Programme spécial pour les wilayas frontalières
Ecoutant en outre les doléances des représentants de la société civile portant essentiellement sur l'absence des commodités et de développement dans plusieurs communes, Nouredine Bedoui a indiqué que l'Etat est en train d'élaborer un programme spécial pour les wilayas frontalières. «Les besoins des wilayas frontalières sont différents des autres wilayas. Nous voulons bien les cerner pour qu'on puisse bien les prendre en charge», dira-t-il. L'élaboration de ce projet sera fait, fera savoir le ministre, en collaboration avec les élus et les responsables locaux de ces wilayas. «Ledit programme sera effectif avant la fin de l'année en cours», a affirmé Bedoui, rappelant que l'idée des projets spéciaux pour les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux a porté ses fruits. Le ministre de l'Intérieur s'est engagé par ailleurs à envoyer une commission dans la wilaya d'El Tarf avant la fin de cette semaine. «Cette dernière sera composée des secrétaires généraux du ministère de l'Intérieur et des autres ministères concernés par les questions du développement», a-t-il précisé, notant qu'une enveloppe financière supplémentaire sera débloquée au profit de la wilaya. Nouredine Bedoui n'a pas caché sa colère quant à l'absence d'imagination et de dynamisme auprès des responsables de la wilaya. «Les potentialités touristiques de la wilaya sont sous-exploitées. La wilaya est encore vierge en matière d'investissement dans le domaine. Les responsables locaux doivent compter sur eux-mêmes en termes de captation des investisseurs. Ceci n'est pas le rôle du gouvernement», a précisé le ministre. Au sujet du développement du tourisme, le ministre de l'Intérieur a préconisé aux responsables locaux d'ouvrir le secteur au privé, et ce, y compris dans la gestion des forêts récréatives dont dispose, en nombre, la wilaya. S'exprimant auparavant sur la préservation des forêts des incendies, Nouredine Bedoui a indiqué, en visitant le Parc national d'El Kala, que son département a pris toutes les mesures nécessaires pour éviter le scénario de l'année dernière. «Nous avons prévu tous les moyens pour prévenir les incendies de l'année dernière.
Les moyens de la Protection civile ont été ainsi renforcés de façon significative», a affirmé le ministre, exprimant la disponibilité de son département à répondre favorablement à tous les besoins dont feront part la Protection civile et la Conservation des forêts. Auparavant, Bedoui s'est rendu dans deux centres de colonies de vacances pour les enfants du Sud et des autres wilayas. Le ministre s'est rendu aussi sur, la plage d'El Mordjane dans la localité d'El Kala. Il a visité sur place une exposition mettant en valeur l'artisanat et la culture de la région.