À QUELQUES JOURS DU LANCEMENT DE LA SAISON DU HADJ

Des lacunes déjà!

Par
image

Selon des échos parvenus des Lieux saints, les pèlerins algériens ne sont pas satisfaits des conditions d'hébergement au niveau d'un hôtel qu'ils jugent «désagréable».

Ça commence mal apparemment. Les premières réclamations se font déjà entendre. Selon des échos parvenus des Lieux saints, les pèlerins algériens ne sont pas satisfaits des conditions d'hébergement au niveau d'un hôtel qu'ils jugent «désagréable».
Les pèlerins ont même observé une action de contestation dans le hall d'un hôtel, situé à la rue Ghaza, pas loin de La Mecque, refusant ainsi de rejoindre leurs chambres pour manque d'hygiène et de commodités. Ce qui a nécessité l'intervention des autorités saoudiennes pour régler le problème.
Selon des vidéos, les pèlerins qui ont passé six jours à Médine ont été surpris à leur arrivée à La Mecque par l'état des chambres jugées infectes et étroites.
Les pèlerins ont préféré passer la nuit dans le hall de l'hôtel en guise de contestation.
Les représentants de la délégation algérienne du Hadj également sont intervenus pour trouver un terrain d'entente en sommant le propriétaire de l'hôtel de prendre en charge les doléances des clients. Selon des sources, le ministre des Affaires religieuses suit attentivement cette mission. Il a même créé un site Web pour permettre aux représentants et aux pèlerins de poster des vidéos sur les conditions d'hébergement et signaler le moindre problème. Le ministre compte sérieusement punir les agences qui ont failli à leur engagement en les excluant carrément lors de la prochaine saison. Mohammed Aïssa a été très ferme envers les agences en les sommant d'assurer de meilleures conditions de prise en charge de nos pèlerins pour éviter un éventuel échec. En vue d'accompagner les pèlerins et rester à leur écoute, le département de Mohamed Aïssa a mobilisé un grand nombre d'accompagnateurs qui ont fait l'objet de formation avant leur départ aux Lieux saints. «La mission s'est renforcée cette saison par plus de 500 accompagnateurs volontaires, outre 800 membres officiels», a fait savoir le directeur de l'Office national du Hadj et de la Omra (Onho), Youcef Azzouza. Selon lui, les membres de l'inspection auprès du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs ont été chargés du suivi de la performance des membres de la mission ainsi que les agences de voyages pour s'assurer de «leur respect des missions qui leur ont été assignées et garantir un meilleur service aux hadji algériens».
Revenant sur les sessions de formation lancées par l'Office, Azzouza a affirmé qu'ils visaient «l'habilitation des membres de la mission leur permettant d'acquérir les compétences et l'expérience requises afin de faire face aux différents problèmes et difficultés que rencontrent nos hadji dans les Lieux saints». En plus des formations, la tutelle a lancé également une caravane du Hadj qui avait sillonné plus de 33 wilayas à travers le territoire en avril et mai derniers consacrée à la formation des hadji. Il y a lieu de rappeler que le premier vol des hadji algériens vers les Lieux saints a eu lieu le 25 juillet dernier.