OULD ABBÈS ET LA SESSION DU COMITÉ CENTRAL DU FLN

"Rien ne presse pour sa tenue"

Par
image

«Nous somme d'ores et déjà en campagne électorale pour la reconduction du président Bouteflika à la tête du pays...»

Une rencontre bilatérale de consultation entre partenaires politiques s'est tenue, hier, entre les directions du FLN, conduites par son secrétaire général Djamel Ould Abbès, et TAJ conduite par son président Amar Ghoul. Lors d'une conférence de presse conjointe, le patron du FLN a souligné que «2019, ce n'est qu'une échéance, une élection présidentielle. Mais ce que nous sommes en train de faire présentement est basé sur les acquis de 20 ans de réalisations. 2019 c'est le visa pour l'avenir des générations montantes auxquelles sera remis le flambeau par la génération du 1er Novembre». «Le président Bouteflika n'a pas besoin de faire la campagne électorale.
Cette nouvelle étape nous permettra de préparer l'avenir (...) dont la vision 2020-2030 a été exposée par le président dans son interview accordée à Oxford Business Group», a-t-il encore ajouté. «Tous les Algériens appellent le président Bouteflika à briguer un autre mandat, et nous ne faisons que traduire formellement cette volonté. Quant aux autres partis, ils sont les bienvenus. Nous avons rencontré 15 ou 16 partis et organisations, on n'a pas le monopole du nationalisme ou du président. Et lorsqu'il se représentera, inch'Allah, inch'Allah, inch'Allah en 2019, il sera le président de tous les Algériens».
La session du comité central est-elle fixée? En réponse à cette question Ould Abbès rétorque en substance: «Il n'y a pas urgence et rien ne presse la programmation de cette session.»
Il a, par la suite, indiqué que «le document global portant les réalisations du président de la République depuis 1999 à ce jour, sera présenté au chef de l'Etat, (Inch'Allah) si Allah le veut, au courant de la semaine prochaine, ensuite ce sera le tour du comité central de recevoir ce fameux document». Il a également réitéré que «le FLN est plus qu'un parti politique, il est une institution de l'État, sa colonne vertébrale (...) mais il n'a pas le monopole sur le chef de l'Etat, qui est le président de tous les Algériens...». Interrogé sur la flambée des prix des viandes blanches et rouges, il a demandé aux journalistes de ne pas lui poser de questions sur la
viande: «Je suis végétarien, ne m'interrogez pas sur la viande, notamment la viande congelée importée de certains pays.», dixit Ould Abbès, allusion faite à la saisie des 701 kg de cocaïne dans un cargo transportant une cargaison de viande congelée importée par Kamel Chikhi alias El-Boucher.
«La décision des partis proches du pouvoir ou d'allégeance en faveur de la continuité est définitivement actée», a affirmé, hier, le président de TAJ lors d'une conférence de presse organisée au siège du FLN conjointement avec Djamel Ould Abbès.
«Nous sommes d'ores et déjà en campagne électorale pour la reconduction du président Bouteflika à la tête du pays pour un mandat supplémentaire», a-t-il encore appuyé. «Nous l'affirmons avec une grande fierté(...) nous sommes en campagne électorale.
Notre ligne et notre action sont claires. Nous n'attendons pas les instructions d'en haut car nos partis sont souverains. Notre choix est fait conformément à nos principes et conviction. Pour ceux qui nous reprochent d'avoir entamé la campagne avant l'heure, je rappelle que l'opposition est en campagne depuis 2014», a soutenu Amar Ghoul. Pour rappel, Ahmed Ouyahia a souligné que «le rang des partis qui soutiennent l'appel au président de rempiler pour un mandat supplémentaire sera amplifié durant la semaine prochaine».
Pour le secrétaire général du RND, «les partis de la majorité, qui arborent le slogan de la continuité avec une grand fierté, ont le droit de défendre le 5e mandat et d'appeler le président à briguer un mandat supplémentaire.».
Le patron du RND a affirmé que «personne ne peut forcer la main au chef de l'Etat pour rempiler pour un autre mandat...».