UN MARCHÉ INONDÉ DE CONTREFAÇONS

Ces lunettes qui tuent la vue

Par

Les lunettes de soleil, cet ultime accessoire de la saison estivale! De toutes les formes, toutes les couleurs, et pour toutes les bourses. Mais pas toujours. Il est vrai que les lunettes de bonne qualité les moins chères sont souvent inaccessibles aux bourses modestes, et même moyennes! Ce qui peut éventuellement expliquer le fait que nombreux sont ceux qui se rabattent sur des lunettes contrefaites, au grand dam de la santé de leurs yeux. Certes, parfois les contrefaçons ressemblent aux produits originaux comme deux gouttes d'eau, mais font tout l'inverse de ces derniers. Souvent, elles sont nocives pour les yeux, et, au lieu de les protéger du soleil, elles les exposent encore plus à ses dangers. Ce sont d'ailleurs parmi les produits les plus contrefaits sur le marché. On les trouve même en vente dans certains magasins d'accessoires, ou sur des étals lambda un peu partout dans les villes algériennes. «Pourquoi je mettrais 20 000 DA dans une paire de lunettes, alors que je peux me payer pratiquement la même à 3 000 DA?», rétorque Walid, 20 ans, étudiant. «Pour moi, c'est plus un accessoire de mode qu'autre chose», ajoute-t-il avant de conclure, «C'est pour le look que je les porte.» C'est de là que vient l'erreur. Ce sont des produits tout à fait différents.
L'un protège, l'autre est nocif. «Les lunettes non contrefaites respectent des normes sanitaires très strictes, et protègent contre les UV», affirme Nabil, opticien à Alger-Centre. «De plus, elles résistent bien mieux aux chocs et durent bien plus longtemps», insiste-t-il. «Malheureusement, même certains opticiens vendent de la contrefaçon de nos jours», déplore-t-il. «Il faut toujours se rendre chez un opticien réputé, pour éviter tout risque d'arnaque», finit-il. Même son de cloche du côté des ophtalmologues. «Il ne faut jamais porter de lunettes de contrefaçon, même y songer est proscrit!», conseille le docteur Madani. «L'idée qu'une paire de lunettes contrefaites est mieux que de ne rien porter est fausse», renchérit-il. «En plus de ne pas protéger les yeux contre les UV, les verres, ou plutôt plastiques, teintés poussent les pupilles à se dilater, et par là absorber plus d'UV», met-il en garde. «Cette absorption d'UV entraîne des dégâts irréversibles sur la vue. Elle cause un vieillissement accéléré des yeux et accélère également la caratacte», alerte-t-il. «Les gens peuvent à la limite acheter des montures de contrefaçons, sans risque sanitaire particulier, mais ils doivent faire attention au choix des verres», conclut-il.
Les lunettes originales sont de loin plus solides et offrent plus de sécurité. Elles respectent des normes sanitaires strictes. Les matériaux utilisés pour leur fabrication sont de bien meilleure qualité.
Les articulations des branches tiennent plus longtemps, et ne se déforment pas à la moindre pression. Leurs verres sont le plus souvent en acétate ou en grilamid, contrairement aux «verres» des contrefaçons, qui eux sont le plus souvent en plastique. Certains jeunes ne se font pas avoir pour autant par les prix attractifs de la contrefaçon. «Je préfère avoir une seule paire originale que plusieurs paires contrefaites», s'écrie Lina, 20 ans, étudiante. «Les lunettes contrefaites se voient de loin, elles font cheap!», tranche-t-elle. Souleymane a 28 ans et est un migrant nigérian. Il vend à la sauvette plusieurs modèles de lunettes de soleil, entre autres. «Les lunettes de soleil commencent à 500 DA», se félicite-t-il dans l'espoir de vendre une paire. «Les Ray Ban commencent à 1 000 DA», ajoute-t-il. L'oeil averti lira «Riy Dan». «Pour les femmes, j'ai des Gucci et des Dior, certaines paires à 1 000 DA et d'autres à 1 500 DA», poursuit-il. «Pas besoin de se ruiner pour une paire de lunettes», plaisante-t-il. Comme c'est souvent le cas, le moins cher revient plus cher. De plus, les économies faites sur une paire contrefaite n'en sont pas vraiment. Les dégâts qu'elle peut causer sont irréversibles et la vue, elle, n'a pas de prix.