DES DIZAINES DE FESTIVALS, FOIRES ET FÊTES TRADITIONNELS SONT ORGANISÉS

La Kabylie étale ses charmes

Par
image

De Maâtkas à Ihitoussen, de Maâtkas à Aït Hichem, de Aït Yenni à Larbaâ Nath Iraten, de Timizart à Aït Khir, d'Ahrik à Tiferdoud, les fêtes traditionnelles sont l'occasion pour mettre en valeur le legs culturel.

«L'Etat peut financer, via les dispositifs d'aide à la création des entreprises, des projets de production de matériel nécessaire dans les chantiers du bâtiment tels que les marteaux, haches, brouettes, pelles qui relèvent de la forge et de la métallurgie.»
Il se tient actuellement plusieurs fêtes traditionnelles et culturelles dans la wilaya de Tizi Ouzou. De l'ambiance festive, des activités culturelles, des expositions de produits du terroir, des galas artistiques sont des attributs originels pour la vie sociale des populations de Kabylie. De Maâtkas à Ihitoussen, de Maâtkas à Ath Hichem, de Ath Yenni à Larbaâ Nath Iraten, de Timizart à Aït Khir, d'Ahrik à Tiferdoud, les fêtes traditionnelles sont l'occasion pour mettre en valeur le legs culturel des anciens. Ces fêtes et festivals sont souvent traversés, mais surtout toujours clôturés dans l'ambiance festive avec des galas et des animations artistiques.
Ces manifestations d'une vie sociale accrochée jalousement aux anciens n'ont jamais soulevé une quelconque interrogation quant à leur utilité. Ce qui est visible d'ailleurs en ces derniers jours avec des contestations naissantes contre l'organisation de fêtes et galas contrastant fortement avec la tendance dans les villages de la wilaya de Tizi Ouzou. Les fêtes et les festivals participent au maintien de l'identité de chaque village et région. Contester l'organisation d'une fête ou d'une quelconque manifestation culturelle relève de l'invraisemblable pour les populations locales.

Du folklore, cap vers une économie forte
Bien plus encore, ces dernières années, une grande tendance se manifeste parmi les populations de la région. Donner une envergure économique à toutes ces manifestations est le point de mire de tous les organisateurs. A travers les villages, le produit du terroir ou le métier traditionnel doit prendre une envergure économique en plus du rôle culturel déjà ancré. Dans une semaine à Ath Hichem, se tiendra la mythique fête du tapis qui a déjà sa renommée internationale. Cette volonté des femmes d'Ath Hichem qui a toujours été exprimée est la même qui s'exprime au village Ihitoussen où se tient la fête de la forge.
Les habitants de cette localité attendent beaucoup des pouvoirs publics dans l'objectif de créer une dynamique économique à partir de cette tradition.

Une tradition de joie et de culture
Si les anciens ont su créer une source de vie à partir du savoir-faire et la dextérité de leurs mains, les jeunes générations aussi peuvent relever ce défi. Il suffit juste de quelques idées avec des moyens nécessaires. La jonction entre ces idées et les fournisseurs de ces moyens financiers- techniques pourra dans un avenir très proche enclencher une forte dynamique économique. Les conditions économiques actuelles sont plus que jamais favorables pour créer cette dynamique. Rien que le marché local peut représenter un potentiel inestimable pour la naissance d'une industrie moderne de matériel issu de la forge. L'Etat peut financer, via les dispositifs d'aide à la création des entreprises, des projets de production de matériel nécessaire dans les chantiers du bâtiment tels que les marteaux, haches, brouettes, pelles qui relèvent de la forge et de la métallurgie. Beaucoup estiment qu'il est regrettable que les chantiers soient alimentés de ce même matériel, mais importé, alors que les germes d'une industrie existent depuis des siècles dans nos villages de Kabylie et d'Algérie. De leur côté, les jeunes d'Ihitoussen, pourront ainsi voir grand en passant, aidés par l'Ansej et autres, à une activité industrielle en harmonie avec leur traditionnel gagne-pain. C'est même la raison d'être de cette fête annuelle.

La nature a aussi son festival
L'autre manifestation et certainement pas la dernière à être annoncée en Kabylie a été le festival pour l'environnement. Il s'agit d'une idée nouvelle, innovante, voire unique en Afrique. L'initiative émane d'un village typiquement méditerrannéen de Kabylie. C'est au village Arvi, dans la commune d'Iflissène, sur le littoral, que se tient cette manifestation dédiée à la protection de l'environnement et des sites archéologiques et historiques. Cette année, le festival est à sa deuxième édition. On n'en parle pas beaucoup, mais l'initiative est d'une importance vitale pour toute la wilaya de Tizi Ouzou qui souffre justement des décharges sauvages. Les jeunes du village Arvi, animés d'une grande volonté ont, malgré les difficultés, réussi à organiser cette deuxième édition avec brio. De l'animation artistique très riche a été adjointe à la sensibilisation, dans un cocktail artistique très coloré. Il est vrai aussi qu'une pléiade d'artistes kabyles ont pris part à cette organisation concentrée, elle, autour d'une idée du chanteur Zayen.
Mais en fait, pour passer à ce stade, c'est tout un système d'organisation qu'il faudra revoir. Ces fêtes comme celles des produits du terroir sont organisées généralement par des villageois animés d'une grande volonté, mais manquant cruellement d'expérience. Leur manque de professionnalisme dans l'événementiel les rend vulnérables et cibles de tous les chasseurs de subventions. Une fois le budget empoché, l'avenir de l'artisan et du produit du terroir est remis aux calendes grecques. La prolifération de cette catégorie de «piranhas» rend inopérants tous les efforts des représentants des pouvoirs publics en charge de ces secteurs. Malgré leur grande volonté de développer le secteur, le mauvais choix des partenaires est derrière tous les échecs.

Professionnaliser l'organisation des fêtes et festivals
Ces derniers temps, les pouvoirs publics ont compris que seule la participation des professionnels à l'organisation de ces fêtes peut les rendre utiles. Le dernier Snast (Salon national des saveurs du terroir) a été l'exemple de la professionnalisation de l'organisation. D'ailleurs, beaucoup de professionnels de l'événementiel sont prêts à se joindre à l'effort de l'Etat en vue de développer une activité économique moderne à partir de ces traditionnelles fêtes et du produit du terroir. C'est à partir de salons et fêtes organisés par des professionnels que pourraient naître des partenariats et des initiatives pouvant préparer le terrain à une véritable industrie de l'agroalimentaire à partir des produits du terroir. Des exemples d'idées qui n'attendent qu'un petit intérêt. Enfin, aujourd'hui plus que jamais, à Ihitoussen et dans les villages, les populations fêtent leurs traditions dans la communion totale. Des célébrations dans l'ambiance festive qui ne fait cependant pas oublier que ces traditions sont une richesse à tous points de vue. Les métiers traditionnels et les produits du terroir sont une opportunité pour faire naître une activité économique très forte. Il suffit juste que les idées rencontrent l'oreille attentive. Cette fête d'Ihitoussen doit nous rappeler que ce patrimoine ancestral peut constituer une véritable force pour un décollage d'une riche économie locale.