FIN DES OPÉRATIONS MILITAIRES À BALLES RÉELLES À BÉCHAR

Les enseignements d'un exercice

Par

Lors du quatrième jour de sa visite de travail à la 3ème Région militaire, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, après avoir supervisé l'exécution de la troisième étape de l'exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Iktissah 2018», a veillé personnellement à l'établissement d'une évaluation relative au déroulement de cet exercice. Lors d'une réunion avec les cadres et les éléments ayant pris part à l'exercice au niveau des Secteurs opérationnels Centre et Nord de la 3e Région militaire.
Le vice-ministre de la Défense nationale ne manquera pas d'afficher sa totale satisfaction en saluant le grand esprit de combat, durant l'accomplissement de cette simulation et l'exécution des différentes missions assignées. Il souligne, s'adressant à l'assistance, «la concrétisation des objectifs majeurs, exige la conjugaison de tous les efforts et le partage des responsabilités entre les différentes composantes de l'Armée nationale populaire».
Pour le général de corps d'armée, c'est là où réside l'aboutissement de chaque effort pour atteindre l'objectif souhaité et les résultats, ajoute-t-il, «ne pourraient être réalisés qu'avec la synergie des efforts de tous, de sorte que les ressources humaines et matérielles que recèle l'Armée nationale populaire soient de véritables atouts et des facteurs d'appui qui propulsent avec force nos personnels militaires aux rangs de la réussite leur permettant, donc, d'assumer diverses responsabilités, d'accomplir les différents devoirs et missions et d'optimiser leur rendement et leur niveau professionnel et opérationnel». Par ces propos qui claustrent l'intelligence de l'esprit de groupe, le chef l'état-major de l'ANP fait appel à l'union de toutes les forces de l'Armée nationale populaire.
Dans ce contexte, il indique, «dans ce sens précisément, s'avère le raisonnement dialectique et logique entre la véracité de la concrétisation des programmes de préparation au combat et le mérite de la réussite des exercices tactiques d'essai». D'où précise, t-il, la confirmation «de la crédibilité de l'ensemble du système de formation. Une logique qui nous a incités en tant que Haut Commandement à veiller à atteindre un niveau supérieur en matière d'interopérabilité, notamment sur le plan de la synergie des efforts de préparation et de formation qui nous permettront de maîtriser les tenants et les aboutissants du développement de nos Forces armées et de promouvoir leur disponibilité opérationnelle dont nous oeuvrons, sans répit, à maintenir les niveaux au diapason des grandes étapes prometteuses que nous avons parcourues».
Dans son intervention, il revient sur l'exercice exécuté, avec beaucoup de précision, pour affirmer la persévérance ayant marqué tous les hommes, durant toutes les phases de l'exercice. Il atteste à ce sujet: «Les exercices exécutés sur le terrain avec succès au terme de l'année d'instruction ou à son entame, à l'instar de cet exercice tactique auquel nous assistons aujourd'hui, témoignent tous des efforts considérables consentis, et de l'intégration qui ne cesse d'être renforcée au service de l'Armée nationale populaire et de son développement progressif ainsi que pour maintenir sa force et son état-prêt».
Pour lui il est indispensable et impératif d'«atteindre et maintenir, voire promouvoir en permanence, ces niveaux supérieurs de la disponibilité opérationnelle et de combat, qui constituent une mission dont le rôle principal incombe au militaire lui-même, car c'est un comportement professionnel que l'homme acquiert et avec lequel il s'imprègne lors des périodes d'enseignement et de formation. De surcroît, ce comportement se raffermit davantage durant les années de préparation au combat de différents niveaux et étapes».
Des préparations aux combats devant permettre de maintenir les forces de l'Armée nationale populaire fin prêtes pour d'éventuelles menaces notamment en cette conjoncture.