SIDI SAÏD RASSEMBLE SES TROUPES CE MATIN

L'appel de Bouteflika en ligne de mire

Par
image

L'Ugta qui n'a jamais caché son soutien à Abdelaziz Bouteflika devra «officialiser» son adhésion au front populaire souhaité par le chef de l'État.

L'Ugta fait sa rentrée! Le secrétaire général de la puissante Centrale syndicale va réunir son état-major ce matin à El Achour (ouest d'Alger). Abdelmadjid Sidi Saïd a battu le rappel de ses troupes. La direction nationale de l'Ugta et ses instances-unions de wilayas, Fédérations nationales et syndicats nationaux, sont convoquées pour une rencontre dont l'ordre du jour «officiel» traitera des activités du secrétariat national de l'Ugta. Mais c'est l'appel du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la constitution d'un front populaire qui sera en ligne de mire. Le message de chef de l'État sera décortiqué par des «soldats» prêts à aller au... front. «Le message du président en août dernier sera débattu dans toute sa profondeur et sa portée stratégique», affirme un membre du secrétariat national. «L'Ugta demeure fidèle aux valeurs républicaines et à la solidarité nationale», ajoute la même source. Il faut rappeler que le chef de l'État avait appelé dans son message à l'occasion de la Journée nationale du Moudjahid (20 Août) à édifier «un front populaire solide pour garantir la stabilité de l'Algérie face à toutes les manoeuvres internes et menaces externes». Partis politiques et différentes organisations nationales ont déjà répondu à l'appel du chef!
Le Front de Libération nationale s'est proposé comme chef d'orchestre de ce front. L'Ugta qui n'a jamais caché son soutien à Abdelaziz Bouteflika devra donc décider du «comment adhéré à cette initiative», car, même si le syndicat que dirige Sidi Saïd est resté jusque-là discret sur la fièvre qui a saisi la classe politique au sujet du cinquième mandat, et du front populaire, la question de l'adhésion est «actée» depuis le jour de l'appel du président.
L'Ugta doit donc juste annoncer officiellement cette adhésion populaire. La direction nationale a choisi de le faire pour cette rentrée sociale qui s'annonce des plus chaudes. Un beau coup de «Com» qui devrait «booster» ce front populaire. Surtout que l'on parle là d'un syndicat fort de deux millions de travailleurs. Une véritable machine de guerre qui donnera une réelle consistance sociale au projet du président. Il est prévu dans ce sens qu'au terme de cette réunion, le secrétaire général de l'Ugta fasse une déclaration pour «officialiser» la chose. Il faut dire que les travailleurs algériens ont toujours fait part de leur attachement au premier magistrat du pays. Et pour cause, depuis qu'il a accédé au pouvoir en 1999, les acquis sociaux des travailleurs n'ont pas cessé de se renforcer. Mieux encore, le président de la République a tracé ces acquis sociaux comme étant une ligne rouge qui ne devra pas être franchie.
Il ne cesse d'ailleurs d'affirmer que l'objectif de la relance de l'économie et la diversification des revenus du pays doit être réalisé tout en préservant la solidarité nationale. Même au plus fort de la crise économique, Bouteflika n'a pas touché à ces acquis sociaux. Les gouvernements ont reçu comme mot d'ordre «Le bien-être social avant tout». Cette réunion exceptionnelle permettra ainsi de rappeler cette réalité. Bouteflika et les travailleurs ont le même combat: la prospérité de l'Algérie.
Le Front populaire est là pour la concrétiser...