LOUISA HANOUNE À PROPOS DE LA SITUATION POLITIQUE DU PAYS

"L'opacité règne..."

Par
image

Elle s'est interrogée sur «les garanties quant au déroulement transparent et honnête de cette élection présidentielle».

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a réuni les membres du comité central dans une première session après le dernier congrès, qui s'est déroulé la fin du mois de l'année écoulée. La réunion se veut comme une rencontre organique avec les nouveaux membres du comité central du PT, et l'occasion pour installer, voire élire un bureau politique qui s'attellera à esquisser et matérialiser les décisions du parti et ses positions par rapport aux évolutions politiques, économiques et sociales que vit le pays. Dans ce sens, Louisa Hanoune a profité de l'événement pour aborder les volets qui ont trait à la scène politique nationale. Une situation qu'elle a qualifiée de «troublante et dangereuse», surtout à l'approche du rendez-vous majeur de l'élection présidentielle. La secrétaire générale du PT s'est interrogée sur cette élection en soulignant que «en l'absence de données par rapport à la situation politique à l'aune de l'élection présidentielle prochaine, nul ne pourrait se prononcer sur ce rendez-vous politique». Pour elle, «l'opacité s'érige en maître de la situation, ce qui nous permet de dire que ce rendez-vous politique de la présidentielle est porteur de tous les dangers qui se répercuteront sur le pays et sa stabilité».
Hanoune s'est interrogée sur «les garanties quant au déroulement transparent et honnête de cette élection présidentielle», elle a aussi soulevé la question des mécanismes qui puissent permettre à un déroulement de processus électoral et elle a exigé par la même, la révision de la loi électorale qui est derrière la fraude. Louisa Hanoune qui ne croit pas beaucoup aux critères de la transparence, quant à l'élection présidentielle prochaine, se dit «très inquiète quant à l'évolution de la situation politique dans un contexte où les enjeux mondiaux ont pris une dimension dangereuse après la cristallisation d'une tendance mondiale grave qui vise à imposer une feuille de route relevant de l'ingérence dans les affaires internes des pays».
Comme l'ambiance est à la fête de Yennayer au niveau national après son officialisation, Hanoune n'a pas omis d'exprimer sa joie et bonheur, quant à cet événement historique. Dans ce sillage, Hanoune a souligné que «c'est une belle coïncidence celle qui nous réunit en plein jour de la veille de Yennayer. Je suis très heureuse de cette première année de fête officielle qui est le produit de luttes de longues années de militants de la cause identitaire. C'est une victoire de l'Algérie qui a su restituer une de ses importantes composantes, à savoir tamazight comme langue officielle et nationale», a-t-elle affirmé.
Elle s'est également félicitée de la mise en place de l'Académie de la langue amazighe. Par ailleurs, Hanoune a dénoncé la cabale et la vague raciste contre tamazight par certaines parties qui cultivent la haine à l'encontre de cette variante nationale en soulignant que «l'Etat à travers sa justice doit intervenir. On ne peut pas comprendre le silence des responsables de l'Etat à l'égard de cette campagne raciste, alors que la Constitution est claire en la matière», a précisé Louisa Hanoune.
Cette position ferme a englobé aussi la campagne gravissime qui a été déclenchée par certains cercles haineux et ennemis de la tolérance, la différence et la diversité de l'Algérie.
L'allusion a été faite par rapport à Miss Algérie, Khadidja Benhamou et la vague d'insultes sur la base raciste à son encontre. «Nous sommes fiers de notre beauté, Miss Algérie, Khadidja Benhamou, signe de la diversité et de la beauté de l'Algérie plurielle et tolérante», a mentionné la secrétaire générale du PT.
Le volet économique et social était présent lors du speech prononcé par Louisa Hanoune à l'adresse des membres du comité central du PT. Hanoune a dressé un tableau noir de la situation économique et sociale.