IL ÉCARTE LA TENUE D'UN CONGRÈS EXTRAORDINAIRE

Ouyahia répond aux redresseurs

Par
image

Ça se complique davantage au RND. Le départ du secrétaire général du parti Ahmed Ouyahia divise les militants. La direction du parti vient démentir l'organisation prochainement d'un congrès d'un congrès extraordinaire. Dans un communiqué rendu public dimanche dernier, la direction explique qu'il s'agit d'anciens membres qui ne sont pas au conseil national. «Le groupe qui prétend préparer la tenue d'un congrès extraordinaire pour écarter le secrétaire général, Ahmed Ouyahia, est majoritairement, composé de personnes qui ne sont pas membres du conseil national», avance le communiqué. La direction du parti précise que se sont «des personnes connues par les militants du parti et l'opinion publique pour leurs tentatives désespérées de mener des mouvements de redressement au sein du RND». Voulant mettre fin à toute polémique, la direction réitère le soutien des militants au secrétaire général. «Une mouture de soutien à M.Ouyahia en qualité de secrétaire général du RND a été signée récemment par 337 membres sur 424 membres du conseil national du parti, soit plus des deux tiers de cette instance souveraine entre deux congrès», a rappelé le RND. En vue d'aiguiser ses arguments, la direction se réfère même au statut du parti pour clarifier que la tenue du congrès est du ressort du secrétaire général et des membres du conseil national.
«L'article 26 des statuts du parti stipule que le congrès se réunit en session régulière tous les cinq ans, et peut tenir une réunion extraordinaire sur convocation du secrétaire général ou des deux tiers des membres du conseil national» et l'article 31 stipule que le secrétaire général est élu par le congrès pour un mandat de cinq ans renouvelables, un mandat qui relève de l'autorité exclusive du congrès», précise le communiqué. A cette occasion, le RND a rappelé que «M. Ouyahia a été élu secrétaire général du parti lors du 5ème congrès tenu en 2016 par la majorité absolue, par vote à bulletin secret». Autrement dit, conforté par le soutien des instances du parti, le secrétaire général est loin d'être menacé. Malgré les agissements de certains responsables et de militants qui demandent le départ de Ouyahia, ce dernier est déterminé à continuer son mandat. Le feuilleton du RND n'est, sans doute, pas à son dernier épisode. La réaction de la direction ne laissera pas de marbre les redresseurs qui veulent à tout prix avoir la tête du patron du parti.