Droite et extrême droite en France refusent l'arabe au collège

Droite et extrême-droite sont entrées en guerre contre l'idée d'une introduction de la langue arabe dans les collèges français. «On marche sur la tête», «faute politique»: la droite et l'extrême droite ont ainsi dénoncé l'accueil favorable réservé par le ministre français de l'Education à un rapport proposant de «relancer l'apprentissage de la langue arabe» pour lutter contre l'islamisme. «Je pense qu'il commet une erreur: l'enseignement de l'arabe dans le secondaire n'enlèvera pas un enfant des écoles coraniques et ne règle pas les problèmes de l'enseignement des prêches en langue arabe et de la progression du salafisme», a estimé sur Sud Radio Annie Genevard, députée Les Républicains (LR, droite). «Qui le fera? Est-ce qu'il s'agit de lutter contre l'islamisme ou de le faire entrer dans l'Education nationale? (...) Je pense que c'est une fausse bonne idée», a jugé, sur Europe 1, Luc Ferry, ancien ministre de l'Education nationale (2002-2004) du président Jacques Chirac.