Dealers ou victimes?

Par

Trois jeunes ayant écopé devant le tribunal d'une lourde peine d'emprisonnement ferme de 10 ans ont fait appel devant la cour d'Alger. Deux frères sont debout:
Mohamed B., Toufik R., Ali B. le cadet de Mohamed B. sont dans le pétrin pour avoir été découverts avec 90 cachets psychotropes considérés comme de la marchandise tombant sous le coup de la loi 04-18 du 25 décembre 2004 relative à la prévention et à la répression de l'usage et du trafic illicite de stupéfiants et de psychotropes et notamment son terrible article 17 qui traite carrément du trafic de came ce qu'appellent les hommes de loi «la commercialisation».
Et cet article va de 10 à 20 d'emprisonnement et une amende de 5.000.000 DA à 50.000.000 DA. Le même article prévoit la même peine à tous ceux que tentent ces infractions et bonjour l'incarcération et ses noirs contours et autres désagréments de toute la famille du délinquant. Les deux avocats ne voulaient pas du 17, mais du 12! Me Kamel Boufafa pour Toufik B. a tenté de capter l'attention du trio de magistrats mené par le vigilant Sellam le président légèrement rétabli après son opération chirurgicale. L'avocat de Bab El Oued préfère que la loi soit respectée. Entre l'article 2 et le 13, il y a un océan surtout que la perquisition n'a rien donné. «Pis encore! Il n'y a eu aucune expertise pour prouver que ces cachets étaient des psychotropes», a lancé le défenseur qui a rappelé qu'à Oran, la cour était allée vers la vérité en passant par l'expertise de la pseudo cour. Or, aujourd'hui, la précipitation de la police judiciaire qui avait vite conclu que les cachets avaient été découverts enfouis dans le sol. Le verdict a reposé sur deux attendus. Le premier a vu le juge du tribunal conclure que Mohamed a acheté chez Toufik? Qui nous dit que ces cachets appartiennent à Mohamed ou à Toufik. La marchandise n'a jamais été trouvée dans la chambre de Toufik ou celle de Mohamed! Eloignez donc Mohamed B. de la condamnation car il a un casier judiciaire tout comme les deux autres jeunes à la limite sous la borne de l'article 13 et non 17. L'indulgence aussi a été évoquée par le conseil. «Dix ans, c'est beaucoup. Rabaissez la peine!», a conclu le défenseur qui a suivi le dernier mot de Mohamed, Toufik et Ali qui ont pleuré du sang surtout Mohamed qui a même, à un moment, élevé la voix, exaspérant le président qui s'est montré impassible, ferme en répliquant: «Prévenu, nous avons sous les yeux un dossier. Ce n'est pas la peine de crier, de chialer, de pleurer, c'est inutile. Vous aurez ce que la loi a prévu...». Il s'agit de dix ans, monsieur le président, mon avenir est f...», rétorque, désespéré le prévenu à l'allure catastrophée, les yeux gonflés, le front ridé et incapable de stopper sa 'plaidoirie'' improvisée, s'appuyant sur la tolérance (courte) de Sellam qui maîtrise ses audiences quoi qu'il arrive et devant n'importe qui. Mohamed avait eu la possibilité durant l'incarcération de mesurer le temps qui lui reste à compter. 10 ans! 123 mois: 3650 jours et autant de nuits! Le fait est aussi que Me Boufafa, au bord du désespoir a voulu faire avaler à la cour que les prévenus n'ont rien à voir avec l'article 17 car, s'est-il écrié, ils n'ont pas illicitement produit, fabriqué, détenu, offert, mis en vente, vendu, aquis, acheté pour la vente mais pour l'usage, entreposé, extrait, préparé, distribué, livré à quelque titre que ce soit, fait le courtage, expédié, fait transiter ou transporter des stupéfiants ou substances psychotropes». Le défenseur avait les lèvres sèches et le regard hagard après avoir cité les 17 manières de faire dans la commercialisation avant de conclure en beauté: «On n'a jamais vu deux frères dealers ensemble. Chacun d'eux a son gang, si c'était le cas là et ici Mohamed et Toufik se respectent trop pour aller dans la gueule du chacal ensemble.»Sellam, très tolérant, a compris la douleur de l'avocat et des prévenus. Il décide d'attendre une semaine avant de se... décider de l'avenir de Mohamed Toufik et Ali. Dure journée pour deux familles éprouvées par le jeûne et leurs jeunes...