Au Sud, la climatisation attire les scorpions

Par

Négligence qui tue. Saviez-vous qu'il existe dans notre pays une commission de prévention contre les piqûres de scorpions? Savez-vous que chaque année, l'un de ses membres, Mohamed Redha Saïdani (qui est également chef de laboratoire à l'institut Pasteur d'Alger), intervient dans les médias pour alerter la population contre ces piqûres? Pas plus tard que samedi dernier, il est encore intervenu pour dire qu'en 2017, pas moins de 45.000 personnes (en général des enfants de 0 à 14 ans) ont été piqués par des scorpions. 45 d'entre eux sont morts faute de soins prodigués à temps. Pourquoi des enfants? Tout se joue dans les deux premières heures de la morsure. D'abord, il faut préciser qu'un scorpion n'attaque que s'il est menacé. Ensuite, un adulte en bonne santé court moins de risques de complications après une piqûre. C'est pourquoi il faut ajouter les personnes âgées qui sont aussi vulnérables que les enfants. Où vivent nos scorpions? Dans les Hauts-Plateaux et les régions du Sud. Où se cachent-ils? Ils recherchent la fraîcheur sous les pierres et à l'intérieur des maisons (dans les draps, couvertures et chaussures, mais pas seulement). Surtout dans les maisons climatisées. A quel moment «frappent-ils? A la tombée de la nuit jusqu'au lever du jour. Pourquoi? C'est à ce moment-là qu'ils sortent de leurs cachettes pour se nourrir (généralement d'insectes, mouches, cafards, etc.). Comment lutter contre ces bestioles? Par la prévention comme l'hygiène des lieux (déchets ménagers, pierres, etc.). Avec tout de même un moyen inattendu: les chats. Ces animaux domestiques leur font la chasse. Un autre moyen est l'éclairage des lieux (publics et à l'intérieur des maisons). Les scorpions ne sortent que dans l'obscurité. Il faut savoir aussi, nous dit Saïdani que «durant le mois d'avril la femelle peut donner jusqu'à 120 petits par semaine». Le scorpion vit en général 3 années et plus. Durant nos propres recherches, nous avons appris que la cannelle est un repoussant naturel du scorpion. Ceci dit, il nous faut parler du traitement en cas de morsures. Dans son intervention en 2017, Saïdani avait précisé qu'il fallait agir dans les deux heures suivant la morsure. Pour lui, l'injection du sérum «antiscorpionique» dont dispose en quantité suffisante l'Institut Pasteur est fabriqué à partir du venin de la bestiole. C'est pour obtenir ces sérums que l'Institut Pasteur paye 85 DA pour chaque scorpion qui lui est livré par les citoyens. Il fut un temps où des chasseurs de scorpions et de serpents venimeux existaient dans notre pays. Nous y avons même consacré un reportage. Comme nous l'avons vu, la meilleure parade contre les morsures de scorpions reste la prévention dont nous avons vu les déclinaisons. Ce qui veut dire qu'il y a un travail de sensibilisation à entreprendre auprès de la population, mais aussi des responsables des collectivités locales (APC, APW, etc.). Cette sensibilisation a consisté à distribuer 7000 T-shirts aux enfants, nous apprend Saïdani. Ce qui n'est pas la méthode la plus appropriée. Il est urgent que les élus locaux se prennent par la main pour, sinon éradiquer le phénomène, du moins le réduire. En veillant aux ramassages réguliers des ordures. En procédant à l'enlèvement des pierres et autres décombres pouvant servir d'abris aux scorpions. En dotant leurs territoires d'un éclairage public convenable. En affichant dans les lieux publics des affiches montrant les gestes qui sauvent et que les citoyens doivent adopter devant des cas de morsures. A ce sujet, Saïdani a pointé du doigt, l'an passé, «l'utilisation de plantes et herbes «inefficaces» pour soigner les piqûres de scorpions au lieu de se rendre aux urgences médicales, ce qui provoque, a-t-il ajouté, le décès de la personne envenimée». Ce qu'on retiendra après avoir fait le tour de la question c'est qu'à chaque progrès son revers. Que les sérums antiscorpioniques sont d'une efficacité discutée par les scientifiques. Que le développement des climatiseurs dans les foyers du Sud s'avère être une aubaine pour les scorpions. En cherchant à se rafraîchir nos concitoyens de ces régions s'exposent davantage aux morsures des scorpions. Qu'il n'existe aujourd'hui aucun traitement efficace pour éliminer ces bestioles. Il ne reste plus qu'à éliminer ce qui peut les attirer: la nourriture (déchets), leurs abris (les gravats), la fraîcheur (la clim) et l'obscurité (défaut d'éclairage). Des gestes à la portée de tous et à peu de frais. Encore faut-il que l'importance de ces gestes soit comprise par tous. Et là nous aboutissons au problème récurrent de la communication institutionnelle. D'intérêt public. A commencer par les élus locaux. Même le ministère de l'Environnement devrait être mis à contribution car il s'agit, à la fois, de protéger les citoyens contre les scorpions tout en préservant l'équilibre de l'écosystème. Le meilleur conseil à donner à nos concitoyens du Sud pour se protéger des scorpions est d'adopter un chat. Il est plus efficace que tous les sérums!