CHU DE TIZI OUZOU

Nouara chante pour les malades ce jeudi

Par
image

La nouvelle fera certainement grand plaisir aux personnes hospitalisées.

Les soirées artistiques du mois de Ramadhan se poursuivent à un rythme soutenu au grand bonheur des mélomanes et des familles qui aiment la balade après la rupture du jeûne. Des artistes de renom se produisent chaque soir au niveau de la Maison de la culture et des différents centres culturels de la wilaya.
Mais, l'exception sera du côté du CHU Nédir Mohamed où les malades ne se diront pas déçus de ce mois. Au contraire, ils auront l'occasion de savourer la voix mielleuse de la diva Nouara.
La grande dame de la chanson algérienne a été annoncée hier dans un communiqué émanant de la Maison de la culture qui ajoute que les responsables ont programmé cette voix exceptionnelle pour faire plaisir aux malades hospitalisés au niveau du Centre hospitalo-universitaire.
Le gala est programmé ce jeudi 22 juin à 22h, selon le même communiqué émanant de la direction de la culture, le spectacle a pour but d'offrir un moment de détente, de relaxation et de thérapie pour nos chers concitoyens malades hospitalisés, afin d'apprécier et de sentir les effets thérapeutiques de la musique qui se dégageront des airs harmonieux et les mélodies médicamenteuses du riche répertoire artistique de notre diva Nouara.
Cette initiative aussi louable que scientifiquement plausible ne doit, cependant pas rester dans la catégorie des exceptions. Les programmes culturels et artistiques doivent prendre en compte en effet cette catégorie de citoyens qui en ont vraiment besoin.
Le séjour en hôpital est déjà un choc psychologique avant même la maladie qui en est la cause.
Par ailleurs, notons que les soirées ramadhanesques sont très animées du côté de la Maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Du côté du théâtre régional Kateb Yacine, ce sont les amoureux du 4ème art qui sont aux anges. Les soirs sont synonymes de théâtre. Au niveau des communes, c'est le même rythme qui se poursuit avec des soirées organisées par la direction de la culture et par les boîtes privées qui se lancent dans ce domaine cette année. Le public a l'embarras du choix quant au lieu et à l'artiste. La nouvelle tendance qui mérite donc d'être mise en évidence est l'organisation de soirées par des boîtes privées. A Boudjima, la scène aménagée en plein air par de jeunes organisateurs accueille des centaines, voire des milliers chaque soir. Les familles viennent passer des moments agréables après le ftour. La soirée est agrémentée par un gala artistique. Avant-hier ce fut la vedette de la chanson kabyle Zedek Mouloud qui a rempli les lieux. Mélange de genres et générations au niveau de la Maison de la culture afin d'égayer tous les goûts ce week-end.
Hier soir, la grande salle sera agrémentée par le retour de Ali Ideflawen, figure connue du combat identitaire à ses heures de gloire, durant les années 1980.
La soirée a été passée avec un autre chanteur de la même génération, à savoir Ouazib Mohamed Ameziene. Ce soir, ce sera Laoulia Boussad et Samir Sadaoui qui feront le même mélange au grand bonheur des mélomanes, amoureux du nouveau comme du vieux.
K.B.