28E SESSION DES JOURNÉES CINÉMATOGRAPHIQUES DE CARTHAGE

L'Algérie invité d'honneur

image

Outre les trois films en compétition dans les trois catégories officielles, un focus Algérie figure au niveau du programme avec 12 longs métrages.

L'Algérie est l'invité d'honneur de la 28e session des Journées cinématographiques de Carthage (du 4 au 11 novembre 2017), considérées comme le doyen des festivals africains et arabes et qui restent «une plate-forme incontournable pour la promotion des cinématographies africaines et arabes».
L'Algérie participe avec quatre productions cinématographiques, trois en compétition et une hors compétition.
La compétition officielle longs métrages fiction est représentée par En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui.
La compétition officielle courts métrages quant à elle est représentée par Un homme et deux théâtres de Aïssa Djouamaâ et Rabah Slimani, tandis que la section documentaire est représentée par La bataille d'Alger, un film dans l'histoire de Malek Bensmaïl. Notons que le court métrage Kindil El bahr de Damien Ounouri sera projeté en hors compétition.
Les organisateurs de la 28e session des Journées cinématographiques de Carthage ont, cette année, également décidé de choisir quatre pays (arabe, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine) et mettre en avant leurs cinémas respectifs. Parmi les pays sélectionnés cette année, l'Algérie qui est l'invité d'honneur de l'édition 2017 des JCC. Un programme spécial cinéma algérien a été mis en place en collaboration avec le Centre algérien de développement du cinéma, intitulé «Focus Algérie». 12 longs métrages sont au programme de cet hommage: Crépuscule des ombres de Mohamed Lakhdar-Hamina, Ibn Badis de Basil Al-Khatib, L'Oranais de Lyes Salem, El Kalaâ de Mohamed Chouikh, La Preuve de Amor Hakkar, Les vacances de l'inspecteur Tahar de Moussa Haddad, Lotfi de Ahmed Rachedi, Rachida de Yamina Bachir-Chouikh, Rani Miyet de, Yacine Mohamed Benelhadj, Timgad de Fabrice Benchaouche, Yema de Djamila Sahraoui et Zabana! de Saïd Ould-Khelifa.
L'inauguration du «Focus Algérie» a eu lieu dimanche dernier au cinéma Africa avec la projection du long métrage de fiction Le Crépuscule des ombres du réalisateur algérien Mohamed Lakhdar-Hamina en présence de la directrice du Cadc, Chahinez Mohamadi, du ministre tunisien de la Culture, Mohamed Zine El Abidine, des représentants de l'ambassade d'Algérie à Tunis... En marge des 28es Journées cinématographiques de Carthage se tient l'atelier Takmil, initié en 2014 par les organisateurs des JCC. Takmil «soutient des projets de films africains et arabes en postproduction. Cette année, Takmil accueillera huit cinéastes provenant d'Afrique dont l'Algérien Amine Hattou et son producteur Boualem Ziani, mais aussi du Liban, du Maroc, de Palestine, du Rwanda, de Syrie et de Tunisie. Le soir du 8 novembre, le jury attribuera des bourses d'aide à la finition aux films les plus prometteurs. Sept bourses en numéraire et en travaux sont offertes par l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), l'International media support (IMS), le Centre national du cinéma et de l'image français (CNC), le Centre national du cinéma et de l'image (Cnci).
Par ailleurs, Silverway Media, laboratoire de post-production image et son et agence de création, fournira des travaux de post-production. Hakka distribution offrira une bourse pour la diffusion et la promotion d'un film africain ou arabe en Tunisie et l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alesco) allouera également un prix. L'expérience du Producers Network a été reconduite cette année. Comme lors des éditions précédentes, le Producers Network accueillera des projets de films africains et arabes au stade de développement et offrira aux jeunes réalisateurs et producteurs l'opportunité de trouver la créativité, le soutien, une visibilité et un financement potentiel auprès des invités et partenaires des JCC issus de l'industrie cinématographique à l'échelle internationale. Parmi les participants au Producers Network, le réalisateur algérien Rabah Slimani avec son projet de long métrage documentaire Cilima.
Pour info, la directrice du Centre algérien de développement du cinéma (Cadc), Mme Chahinez Mohamadi, et la directrice du Centre national du cinéma et de l'Image (Cnci, Tunisie), Mme Chiraz Latiri, ont procédé lundi l'hôtel Majestic, à la signature d'un protocole d'accords de coopération bilatérale algéro-tunisienne en matière de cinéma.
Ce protocole d'accord intervient pour renforcer la coopération entre l'Algérie et la Tunisie et accorder une importance particulière au développement de la production cinématographique entre les deux pays, ainsi que pour des échanges en matière de formation dans le domaine.
A cet effet, le Cadc et le Cnci ont convenu de mettre en place un cadre de coopération étroite dans le domaine cinématographique à travers une Convention de coopération cinématographique concordante aux lois nationales des deux pays, de la Convention de coopération culturelle entre les Etats de l'Union du Maghreb signée à Nouakchott en date du 11 novembre 1992.