LE MONDE DES ARTS PLASTIQUES EN DEUIL

Salah Hioun tire sa révérence à 81 ans

image

L'artiste plasticien Salah Hioun est décédé, mardi dernier, à l'hôpital de Birtraria à Alger, à l'âge de 81 ans, a-t-on appris auprès de sa famille. Salah Hioun est né le 12 février 1936 à Collo. Très tôt, il s'intéresse à l'art et la technique de la gravure, ce qui va l'amener à fréquenter, entre 1952 et 1955, l'ancienne Ecole des beaux-arts d'Alger. En 1955, contraint par les événements de la guerre de Libération, il part en France. Il s'installe à Limoges afin de poursuivre des études d'art libre. Après l'indépendance, il s'inscrit à l'Ecole des beaux-arts d'Alger et travaille en même temps au laboratoire de photo et de gravure de la Banque centrale d'Algérie.
Le défunt a commencé son parcours artistique au milieu des années 1960 en participant, pour la première fois, à une exposition collective en 1965 au sein de l'Union nationale des arts plastiques.
L'artiste a suivi une formation à l'Ecole des beaux-arts d'Alger et de Paris (France), ce qui lui a ouvert des horizons et lui a permis de découvrir différentes écoles et tendances artistiques du monde. Feu Hioun a pu émerger progressivement en tant qu'artiste distingué depuis la fin des années 1960, et ce, après sa première exposition qui a eu lieu en 1969, marquant ainsi, sa véritable naissance artistique.
Le défunt a obtenu le prix du concours «Grand prix d'Algérie de l'art plastique» en 1983. Il a à son actif un grand nombre d'expositions en Algérie ainsi qu'à l'étranger (Montréal, Tokyo, Pékin, Madrid, Belgrade, Prague, Moscou, La Havane, Paris. Il a réalisé des fresques historiques pour le Musée de l'Armée et a également exposé ses oeuvres dans plusieurs galeries. Salah Hioun a exposé, en 2011, plus de 250 toiles lors d'une grande manifestation d'arts plastiques, organisée par le Musée national des beaux-arts d'Alger.
L'esprit de recherche de l'artiste l'a toujours poussé à de nouvelles découvertes, utilisant les produits de récupération, boîtes de conserve compressées, plaques métalliques déformées et écrasées; il applique en surimpression la gravure et les effets obtenus sont surprenants.
Le papier gaufré subit des déformations, se plisse et se ride, prenant un aspect parcheminé, témoignant du souci de l'artiste de faire resurgir les choses du passé. A l'instar des peintres qui lui ont servi de modèle tels que Issiakhem ou Mesli, Salah Hioun considère la peinture comme l'expression d'une extase. Le défunt a été inhumé, hier matin, au cimetière de Dély Ibrahim,

L'Onda inaugure son siège à Sétif
Rencontre avec la famille des artistes
Dans le cadre de sa politique de proximité et de rapprochement vers la communauté des auteurs et artistes algériens, l'Office national des droits d'auteur et droits voisins, a organisé hier matin, dans la salle de conférences du musée de Sétif, une rencontre-débat avec la famille des auteurs et artistes des wilayas de: Batna, Sétif, Constantine, Bordj Bou Arréridj.
Cette rencontre a permis un échange entre le directeur général de l'Onda et la famille des artistes créateurs d'oeuvres et producteurs artistiques. La visite à Sétif du directeur général de l'Onda, a été également l'occasion d'inaugurer le nouveau siège Onda de l'agence régionale de Sétif sise à cité Lakhel Laâmeri, 150 Logements, Bel Air, Sétif.