COKE STUDIO EN ALGÉRIE

Quand la musique est bonne..

Par
image

Une émission musicale où croisent leurs voix et leurs talents deux générations d'artistes algériens sur des ré-arrangements frais et contemporains signés Amine Dehane et Safy Boutella.

Elle a débuté jeudi dernier et elle se poursuit ce soir sur Chourouk TV à partir de 20h45. Il s'agit d'une émission musicale fraîche et innovatrice appelée Coke Studio Algérie. Son lancement a d'ailleurs eu lieu la semaine dernière aussi, à l'hôtel Sofitel en présence de nombreux artistes, mais aussi des ministres de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, de l'ambassadeur des Etats-Unis et du directeur-général de l'Onda. A cette occasion il avait été dévoilé certains des morceaux musicaux de Coke Studio. Plus de secret pour le public désormais. Le premier prime de l'émission s'est tenu le 2 novembre dernier avec sur ladite chaîne télé, conjointement aussi sur les chaînes YouTube et Facebook de Coke Studio. Parmi les invités de marque de cette soirée et surtout de cette émission que vous allez continuer à regarder sur votre petit écran on peut citer le monument de la musique algérienne Idir, les maestros Safy Boutella et Amine Dehane, les voix exceptionnelles de Naïma Ababsa et Benzina, ainsi que les stars de la nouvelle scène musicale Dalia Chih, Amel Zen, Freeklane, Salim Chaoui, Adlène Fergani, Mok Saib, Anis Bourahla, Nassim Djezma et Farida Rguiba... En effet de nombreuses chansons tirées du patrimoine algérien sont à redécouvrir et ce, sous de nouveaux arrangements signés Safy Boutella et Amine Dehane, qui ont revisité les différents styles de musique algériens dont le chaâbi, le malouf, le raï, la chanson kabyle, la musique chaouie, le tindé, le diwane-gnawa, le bedoui et la chanson patriotique algérienne. Pour rappel, la première prime de Coke Studio Algérie, qui s'est tenue jeudi dernier donnait le «la» à des morceaux fort bien ré-arrangés et interprétés dans un décor bien coloré, rehaussé de la présence en live de musiciens dans une osmose parfaite entre musiciens et interprètes. Le choix musical s'est porté sur quatre duos totalement inédits pour interpréter des chansons emblématiques de notre patrimoine. Les grandes stars Idir, Zahouania, Abdallah Menai et Selma Kouiret ont fait partie de ce riche line-up. La jeune génération était représentée par les voix de Dalia Chih, Nassim Djezma, Taous Arhab ainsi que Meziane Amiche. Salou Ala Nabi est un chant ancestral issu du patrimoine med'h. Il est très célèbre à travers tout l'Ouest algérien, il a été notamment interprété dans de multiples styles musicaux locaux comme le hawzi, le raï ou le style meddahate. Salou Ala Nabi revient sur le devant de la scène à travers Coke Studio dans une version festive arrangée par Amine Dehane et agrémentée d'une section cuivre qui n'a pas manqué pas de retenir le public mélomane. Salou Ala Nabi a été interprétée par la star féminine du raï Zahouania, ainsi que le talentueux artiste et amoureux de la musique algérienne Meziane Amiche. Un duo tout en finesse où le morceau tiré du patrimoine bien connu de la musique algérienne n'a pas pris une ride. Le morceau se laissait écouter avec aisance, gorgé d'une authenticité que savait injecter par sa voix rocailleuse et roots, Zahouania. Que dire de ce duo qui nous bercera par ses mélodies sur A Vava Inouva? Un duo là encore de sons voluptueux et de voix harmonieuses sur un classique indémodable de la chanson kabyle, de la chanson algérienne tout court. Idir et Taous Arhab ont su admirablement fusionner leurs voix et leur génie au service de cette belle berceuse. Un titre emblématique tant de la carrière d'Idir que de la chanson kabyle de manière générale. Pour cette nouvelle interprétation, la quatrième du genre par Idir après 1972, 1976 et 1993, un nouvel arrangement signé par Safy Boutella dans un style soft-rock est venu sublimer le morceau tout naturellement. Aussi, la rencontre improbable sur Wallah Ya Ghalia a été incontestablement cette reprise chantée par Abdallah Menai et Dalia Chih. Cet hymne à l'amour, autrefois entonné dans les célébrations de la région de Oued-Souf a fait le succès de Abdallah Menai lors de son retour au pays à la fin des années 70. Jouant de son instrument fétiche, la ghaïta, cette rencontre du 3ème type n'a pas démérité, bien au contraire. En effet, c'est un véritable pari qu'a pris Amine Dehane en mêlant les deux voix d'artistes issues de registres tellement différents. Un autre duo inédit a été entonné pour une nouvelle version rajeunie et fraîche de Wallah Ya Ghalia. La chanson patriotique au menu, ce fut le célèbre morceau Min Djibalina d'être revisité par Selma Kouiret et Nassim Djezma.
Symboliquement, Coke Studio Algérie s'est voulue rendre hommage à ce chant patriotique le lendemain du 1er Novembre. Une version pleine d'émotions a été exécutée par Safy Boutella, à laquelle ont répliqué les voix douces et envoûtantes de Selma Kouiret, leader de la troupe Mediterraneo et Nassim Djezma qui, sans aucun doute, n'a dû laisser personne indifférent. Un exercice bien singulier que de remanier ce titre de chanson en lui insufflant un autre cachet orignal et bien contemporain. Vous l'aurez compris, Coke Studio Algérie est un programme musical qui vise à remettre au goût du jour le patrimoine musical algérien en réinterprétant 24 chansons par des duos composés par des artistes issus de deux générations d'artistes: les grandes stars de la musique, et les jeunes talents de la nouvelle scène. Rencontré lors de cette soirée de lancement de cette émission, Safy Boutella nous confiera ses impressions quant à cette expérience «obligatoirement et inévitablement intéressante». Prendre des chansons du patrimoine pour en faire non pas des chansons modernes, mais surtout les rendre plus accessibles aux oreilles aujourd'hui des jeunes, c'est un challenge incroyable. J'ai travaillé notamment sur Youm el djemaâ et Soubhan Allah ya Latif, des chansons très difficiles, je les ai transformées en gardant l'âme. Mais en même temps il ne faut pas avoir peur parce que ce n'est que de la musique. Le plus important c'est l'âme d'une chanson que tu peux traiter comme tu veux.»