LEMMA BECHARIA À LA SALLE EL MOUGGAR

La fureur de vivre au féminin

Par
image

En toute communion, les femmes irradiant la salle par leurs tenues chatoyantes et leurs voix immaculées et le public qui s'est littéralement déchaîné, et rentré en transe, on peut dire que la soirée fut intense en émotions et riche en sensations.

La salle El Mougar a abrité dimanche soir un concert haut en couleur emmené par la troupe de Kenadsa, Lemma Becharia. Une bande de femmes constituée de la doyenne Hasna Becharia, Souad Asla et ses choristes, femmes de la région de la Saoura. Le groupe a décliné durant toute la soirée un spectacle enchanteur où le rythme des instruments mêlées à la voix de ces femmes, donnait à voir et à entendre un magnifique spectacle empreint d'authenticité et de spiritualité, doublé d'une fureur de vivre incroyable sur scène. Le groupe qui a joué et chanté des chants traditionnels féminins a fait montre d'une virtuosité extraordinaire sur scène en nous immergeant complètement dans une sorte de «ferda» au féminin, tant le son du «mahrez» était omniprésent et accompagnait ces dizaines de femmes avec harmonie. Si le groupe masculin Ferda a disparu de la circulation, ces derniers temps, celui de ce groupe de femmes a repris le flambeau haut la main. Le public de la salle El Mouggar en tout cas n'a pas cessé de danser en interagissant avec ces musiciennes/chanteuses et notamment avec Souad Asla, la bête de scène qui interprétera différentes chansons issues de son récent album qui renferme bien de beaux morceaux y compris du diwan, mais aussi des chants traditionnels des «Zeffanates» et «Djebbaryates» (troupes musicales locales). Des morceaux que l'on interprète lors des fêtes familiales ou populaires et qui ont été admirablement exécutés pour le public de la salle El Mougar. Autour de Hasna El Becharia, qui passait avec aisance du goumbri au banjo, Souad Asla et ses choristes ont mis le feu dans la salle, en plus du son du bendir, du tbel, des karkabou qui faisaient grimper la sauce du timpo jusqu'au firmament. Un son qui fusait dans la salle avec force et rayonnait dans les coeurs et les corps des spectateurs dont d'aucuns se lançaient dans des mouvements de transe avec leurs cheveux ondulant au vent. Une forte énergie en mouvement se dégageait de la scène et venait trouver son pendant en écho parmi le public. L'artiste Souad Asla n'a cessé de parler avec le public, d'échanger avec lui, et de danser en employant une énergie folle pour transmettre toute la beauté de cet héritage ancestral de ces femmes de Béchar. Avec des chansons spirituelles ou d'autres plus légères, qui se chantent entre les femmes aux mariages, l'air était en effet à la fête et à la libération des sens, mais aussi à l'élévation spirituelle dans une atmosphère mystique parfois et souvent chaleureuse. Des chants qui permettent aux femmes de s'exprimer librement et épancher leur désir dans une société souvent conservatrice. La musique comme meilleur moyen pour exulter, Lemma Bechariya a donné ainsi à vivre de belles sensations sur scène en partageant des textes poétiques parfois suggestifs et parfois religieux relevant du diwan. Une véritable Lemma qui a rassemblé un public des plus conquis à cette musique rehaussée par la fraîcheur et la spontanéité de ce groupe et notamment de Souad Asla qui souhaita tout le bonheur à ses fans dont elle leur fera une déclaration d'amour sur scène. Ces derniers à la grande surprise connaissaient les dates de ses futurs concerts à Alger mieux qu'elle, preuve à l'appui qu'ils la suivent et l'apprécient énormément. Et comment ne pas l'être devant l'expression de cette vague de liberté au féminin qui permet à la fois de rêver et d'espérer un meilleur avenir radieux pour toutes ces femmes qui vivent dans des endroits reculés, pas dans les meilleures conditions de vie. Lemma Becharia a tout déchiré sur scène. A brillé. Le clou de la soirée était Hasna qui chante Dzayaer jawhara zine el bouldane au grand bonheur du public qui a bien mouillé la chemise ce soir-là. En toute communion, les femmes irradiant la salle par leurs tenues chatoyantes et leur voix immaculée et le public qui s'est littéralement déchaîné, on peut dire que la soirée fut intense en émotions et riche en sensations. Les femmes ont pris le pouvoir dimanche soir et c'était tout simplement beau à voir et à entendre!