PROJECTION DE LE PASSAGER À EL MOUGGAR

Défi contre soi...

Par
image

A raison de deux séances par jour et sur initiative de l'Onci, la salle El Mouggar abrite depuis le 18 juin dernier le nouveau film américain de Jaume Collet-Serra.

Un thriller à suspense sur fond de course poursuite dans un train. Synopsis: comme tous les jours après son travail, Michael MacCauley (Liam Neeson) prend le train de banlieue qui le ramène chez lui. Mais aujourd'hui, son trajet quotidien va prendre une toute autre tournure. Après avoir reçu l'appel d'un mystérieux inconnu, il est forcé d'identifier un passager caché dans le train, avant le dernier arrêt. Alors qu'il se bat contre la montre pour résoudre cette énigme, il se retrouve pris dans un terrible engrenage. Une conspiration qui devient une question de vie ou de mort, pour lui ainsi que pour tous les autres passagers! Réalisé par l'auteur de Non- stop et Instinct de survie, le film commence doucement pour évoluer vers une spirale de violence où l'acteur principal se retrouve piégé comme un rat. «Quel homme êtes-vous?», lui pose comme question cette femme au début de l'intrigue. L'on assiste à un vrai drame psychologique au-delà du cachet policier avec lequel se drape ce long métrage bourré de rebondissements. Comme des cartes qu'on abat, ce film met en scène un combat sans cesse renouvelé entre cet homme contre lui-même, mis en danger pour sauver sa peau et celle même de ses proches. Parviendra-t-il à tenir le pacte à répondre à la fameuse question?
Le film semble s'intéresser beaucoup plus au parcours intérieur de cet homme et son chemin existentiel durant ce train et évoluer sa capacité de réagir et prendre vite des décisions. Ce qui n'est pas une mince affaire.
Le réalisateur semble aimer ce genre de film où l'homme se met en risque au coeur d'une humanité déjà en catastrophe. Même si la fin est bien surprenante le déroulement de l'histoire scotchera le spectateur.
Le huis clos de ce train bien oppressant déjà, rajoute à cet espace étouffant son pesant de confinement, tant le secret doit être bien gardé que le regard bien étudié. Et c'est là où la caméra du réalisateur joue bien son rôle en scrutant chaque personnage, chaque passager, faisant de nous des observateurs omniscients et actifs, car surveillant, à l'instar de l'acteur, chaque fait et geste de ces gens. En effet, le spectateur devient ainsi complice en suivant du regard même du personnage ce qui se passe autour, avec cependant des moments d'accalmie et autres rebondissements à un rythme inégal. Bref le Passager est un film intéressant à voir. Il est actuellement à l'affiche à la salle El Mouggar, à raison de deux séances par jour, à 14h et 17h. Il est aussi projeté à la salle Zenith Ahmed bey de Constantine. A voir!