LES MAIRES DE TIZI OUZOU SE SONT RÉUNIS HIER

Le centenaire de Slimane Azem au menu

Par
image

Les présidents des Assemblées populaires communales de la wilaya de Tizi Ouzou ont tenu un regroupement, hier, samedi dans la commune d'Agouni Gueghrane, région natale de Slimane Azem, pour lancer le premier jalon de la célébration du centenaire de la naissance de cette légende éternelle et irremplaçable de la culture orale kabyle. Les maires ont ainsi répondu présents à l'appel lancé, il y a quelques jours, pour prendre part à cet événement qui sera célébré dans quelques semaines dans toutes les communes de la wilaya de Tizi Ouzou, mais aussi à Béjaïa, Bouira, Boumerdès et Alger. C'est du moins ce qui a été révélé, hier, par le président de l'APC d'Agouni Gueghrane, qui supervise ces activités.
Les maires présents au rendez-vous d'hier ont tous exprimé leur disponibilité à accueilir cet anniversaire de centenaire de la naissance de ce géant de la chanson kabyle, chacun dans la localité qu'il dirige. En effet, a-t-on appris, il s'agira d'une caravane culturelle sous forme de semaine culturelle qui sillonnera les différentes localités suscitées.
Les APC devront aussi contribuer financièrement, même de manière modeste, à la réussite à cette commémoration. L'Assemblée populaire de wilaya de Tizi Ouzou (APW) a également donné son accord pour prendre en charge certains aspects de la commémoration du centenaire de la naissance de Slimane Azem dont l'oeuvre artistique et poétique est reconnue de tous. Pour l'instant, la date exacte du lancement de ces activités n'a pas été arrêtée. Mais tout porte à croire que cette caravane artistique et culturelle, dédiée à Slimane Azem, sera lancée officiellement à partir d'Agouni Gueghrane le 19 septembre prochain puisqu'il s'agit de la date de la naissance de l'auteur du plus grand nombre de chansons sur l'exil et l'amour de la patrie.
Le programme de cette caravane, apprend-on en outre, comprendra des spectacles de chants avec des noms célèbres de la chanson kabyle, des présentations théâtrales, des conférences-débats avec des auteurs et des universitaires ayant écrit sur la poésie et l'oeuvre de Slimane Azem de manière générale. Il y aura aussi des expositions d'articles de presse, de photos et de livres ayant pour sujet la poésie et la musique de Slimane Azem. Celui-ci dont nous célébrons cette année le centenaire de la naissance est un pilier et un repère incontournable de la chanson kabyle. Il en est considéré comme étant le maître incontestable et incontesté. Son oeuvre, aussi bien poétique que musicale, est d'un niveau nettement supérieur. Slimane Azem a toujours été comparé à La Fontaine car il s'inspire beaucoup de l'univers de ce dernier pour dépeindre des situations humaines diverses. Il est connu plus particulièrement pour son oeuvre considérable dédiée à l'exil et à ses souffrances, mais aussi à l'amour de la patrie. L'une des chansons les plus célèbres sur son pays natal est celle intitulée:
«Algérie, mon beau pays.» Mais elle n'est pas la seule, puisque Slimane Azem compte une infinité d'autres textes sur son pays comme: «A tamurt-iw Aâzizen», «El Dzair a taâzizt-iw», «Aâssass n tala», «A Mouh a Mouh», «Afrukh ifirelès», etc. Slimane Azem a aussi écrit des dizaines de textes sur les différents aspects de la vie. Il a ainsi chanté des textes extrêmement élaborés et raffinés sur la trahison en amitié et entre les frères, sur l'absurdité de la vie, sur les problèmes conjugaux, notamment sur ceux inhérents aux couples dont le mari est un émigré. En tout cas, le nombre de thèmes abordés par Slimane Azem dans sa poésie est infini. Curieusement, Slimane Azem n'a presque pas chanté sur l'amour de la femme. Il n'a chanté qu'une seule chanson sur ce sujet, pourtant très abordé dans la poésie kabyle depuis Si Mohand Ou Mhand. Il s'agit de la chanson «Nek aked kem». Sur le plan artistique, Slimane Azem est doté d'une voix exceptionnelle et enchanteresse. On a toujours comparé sa voix à celle du rossignol. En tant que musicien, il a composé des chefs-d'oeuvre musicaux dont pas mal d'entre eux ont été carrément repris par des sommités de la chanson algérienne à l'instar de Matoub Lounès et Kamel Messaoudi, entre autres. On retrouve aussi un certain nombre de ses musiques et chansons dans des films qui ont été réalisés en Algérie et en France.
Les universitaires et les écrivains se sont penchés sur l'oeuvre de Slimane Azem. De nombreux livres sur le poète d'Agouni Gueghrane sont disponibles dans les librairies. Mais le livre-référence en la matière est «Slimane Azem, le poète» (Edition Zyriab), écrit par l'universitaire et chercheur chevronné, Youcef Necib. D'autres auteurs ont aussi écrit sur Slimane Azem comme Mehenna Mahfoufi, Rachid Mokhtari, etc. Une place publique porte le nom de Slimane Azem à Paris.