FESTIVAL ARABE D'ORAN

Précisions de l'ONCI

Suite à l'article paru en votre édition du 30 juillet 2018 dans la rubrique culturelle sous le titre «Dans les coulisses du festival arabe d'Oran» et signé par Salim Bey, l'Office national de la culture et de l'information, a l'honneur de vous demander d'insérer cette précision conformément à la loi en vigueur en matière de droit de réponse.
L'auteur de l'article dans un de ses paragraphes sous-titré «Conflit ouvert entre l'ONCI et le festival d'Oran» affirme que «la direction de la salle Maghreb appartenant à l'ONCI a empêché les responsables de la logistique du festival international du film arabe d'Oran d'accéder à la salle pour préparer l'ouverture du festival ce soir.» Or comme le souligne le journaliste, l'ONCI conformément au communiqué paru sur la page de sa direction régionale, n'a reçu aucune demande officielle du commissariat du festival, à ce jour.
Cependant, en date du 23 juillet 2018 à 20h 50 mn, le président de l'APC a transmis, conformément à la convention qui nous lie, un courrier relatif à la réservation des deux salles. Cette demande a été transmise dès le lendemain soit mardi 24 juillet 2018 au matin pour exécution. Le projet de programme établi par l'ONCI pour son public a donc été reporté. L'ONCI n'a pas seulement ouvert les portes des deux salles Le Maghreb et Saâda aux besoins du festival, mais a également mis à sa disposition, à titre gracieux, l'ensemble de ses moyens techniques dont le DCP de la salle Saâda, logistiques et humains. A ce titre, l'Office national de la culture et de l'information, n'est en aucun cas responsable d'un quelconque dysfonctionnement lié au festival et n'a aucun problème avec son ministère de tutelle, le ministère de la Culture ni avec le commissariat du festival du film arabe ni autre partie.