Le feuilleton El Gamaâ 2 fait polémique en Egypte

Par

Trois ans après la diffusion de la première saison du feuilleton El Gamaâ qui a retracé le parcours du fondateur du mouvement des Frères musulmans, Hassan El Benna, les producteurs privés de la série ont lancé la suite qui raconte notamment l'affrontement entre El Benna et le président Djamel Abdelnasser. La série qui est d'une grande qualité technique est diffusée sur la chaîne de Sawaris OTV. L'avocat Samir Sabri a engagé une procédure en référé devant le tribunal administratif pour arrêter la diffusion de la série El Gamaâ 2 attaquant la chaîne OTV et l'Autorité générale pour l'investissement et le Conseil suprême pour les médias. Sabri a déclaré dans son procès qu'il y a une volonté et un désir ardent pour la falsification des faits historiques. Certains ont accusé l'auteur de falsifier l'histoire, et d'autres croient que l'auteur a présenté les Frères musulmans dans une image qui peut leur attirer la sympathie.
L'auteur de cette série s'est basé sur celle de ceux qui sont connus comme ayant appartenu au mouvement des Frères musulmans d'où la naissance d'un projet d'admiration ou de sympathie de ce groupe. Même si le chef des armées égyptien Djamel Abdelnasser avait rejoint les historiens de l'organisation et étudié sous les ordres de Sayid Qotb. Bien connu pour être le leader de la confrérie et motivant le nationalisme, le feuilleton retrace une image bien différente des faits historiques réels.
Une scène a cependant provoqué un tollé c'est celle qui montre le chef des armées Djamel Abdelnasser assis devant Saïd Qotb, comme un élève obéissant et disciple craintif et émerveillé. Comme pour la première saison, El Gamaâ, attire chaque jour de plus en plus de téléspectateurs et on parle aujourd´hui de plus de 50 millions de téléspectateurs en Egypte et plus de 70 millions dans le Monde arabe. Les annonceurs se bousculent pour placer leur publicité dans l´espace réservé à ce feuilleton devenu très populaire et qui a battu les superproductions de ce Ramadhan. Fort de ce succès, critique, commercial et populaire de la première saison, les producteurs ont mis une année pour préparer la suite consacrée au successeur de Hassan Al Banna, son gendre Saïd Ramadan et père du très médiatique Tarek Ramadan et surtout pour Saïd Qotb, le chef spirituel des Frères musulmans exécuté par Djamel Abdelnasser. A l'époque, la manière de présenter les faits avait dérangé la famille de Hassan Al Banna qui avait décidé de porter plainte contre le ministre égyptien de la Communication, les producteurs et l´auteur du feuilleton, Wahid Hamdi, auprès de la Cour suprême.