Les caméras cachées tunisiennes mal placées par les sondages

Par

Alors que les caméras cachées font polémique en Algérie, en Tunisie elles ont eu un succès retentissant, mais pas de la même manière. Cette année, deux caméras cachées ont marqué le paysage audiovisuel tunisien El masque et El clinique. Dans El masque (Attessia TV), des humoristes se déguisent en Béji Caïd Essebsi, président de la République et Rached Ghannouchi, chef du mouvement Ennahdha pour piéger des invités. Malgré l'importance des personnages, le numéro un du pays et le leader de l'opposition, les téléspectateurs tunisiens ont été très réceptifs envers ce programme.
Pour ses producteurs El masque n'a aucun caractère politique et le choix d'incarner les personnalités de Béji Caïd Essebsi et de Rached Ghannouchi a été fait compte tenu de leur poids politique. Chacun de ces deux masques a coûté l'équivalent de 9000 euros. Les téléspectateurs vont découvrir 30 excellents épisodes avec 30 scénarii différents et aucun dirigeant d'Ennahdha et ou de Nidaa Tounès n'a formulé la moindre objection sur le contenu de cette caméra cachée. Cette ouverture d'esprit des responsables tunisiens a ouvert les voies de la création au niveau de la télévision tunisienne. Mais malgré le succès critique et populaire de ce programme, les instituts de sondages en Tunisie ont très mal placé le programme de la caméra cachée El masque. L'auteur de ce programme, Wassim Migalo, a dénoncé les sondages publiés par Sigma Conseil et Media Scan.
Pour l'humoriste, les chiffres relatifs à l'audimat des trois premiers jours du mois de Ramadhan sont, sans aucun doute, erronés. Il a dénoncé la 10ème place attribuée à El Masque, la caméra cachée qu'il présente juste après la rupture du jeûne sur Attessia TV.
Il a surtout dénoncé le fait que le patron de Sigma Conseil travaille pour la chaîne El Hiwar Ettounsi et y perçoit un salaire... Et que pour Media Scan, l'entreprise reçoit de l'argent de la part de la chaîne Nessma TV des frères Karoui... C'est pourquoi, il croit que les chiffres publiés par ces boîtes manquent de crédibilité... Ce genre de pratiques n'est pas tolérable» a-t-il dénoncé.
La deuxième caméra cachée, diffusée sur Hannibal TV, s'est fait également très remarquer. En effet, elle fait croire à des célébrités qu'un de leurs proches ou eux-mêmes ont subi de graves accidents. Des internautes ont vivement réagi face aux limites humoristiques que pouvaient poser ce genre de programme. Face à cette situation, le Conseil régional de l'ordre des médecins de Tunis (Crom) a ouvert une enquête.