Guerre médiatique entre le Qatar et l'Arabie saoudite

Par

Les relations médiatiques entre Doha et Riyadh n'ont jamais été bonnes et la guerre audiovisuelle entre Al Jazeera et Al Arabiya a été toujours forte mais cette fois les choses sont totalement différentes car la diplomatie s'est une nouvelle fois invitée au débat et a fermé définitivement le champ médiatique entre les deux pays influents dans la région du Golfe. Ainsi la décision de l'Arabie saoudite et de plusieurs autres pays du Golfe et l'Égypte de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar a constitué une goutte d'eau qui a fait déborder le vase dans les relations médiatiques déjà très froides entre l'Arabie saoudite et le Qatar. Le Royaume saoudien a très vite décidé de fermer les bureaux de la chaîne de télévision qatarie sur son territoire. Ainsi, après les compagnies aériennes, c'était naturellement au tour de la télévision. L'Arabie saoudite a fermé les bureaux de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera, quelques heures après la rupture par le Royaume et quatre de ses alliés de leurs liens avec le Qatar, selon l'agence officielle SPA. «Le ministère de l'Information a fermé les bureaux de la chaîne Al Jazeera et lui a retiré sa licence», a précisé SPA. A partir de Beyrouth, l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné la décision des autorités saoudiennes de fermer les bureaux de la télévision qatarie, Al Jazeera, à Riyadh en affirmant que cette chaîne est «la victime collatérale» de l'offensive diplomatique contre le Qatar. «Fermer les bureaux d'Al Jazeera est une décision politique qui revient à censurer la chaîne», a dénoncé Alexandra El Khazen, responsable au Moyen-Orient de l'organisation RSF qui condamne «l'acharnement des pays arabes sur cette télévision». «En Arabie saoudite, cette atteinte à la liberté d'informer vient en plus aggraver le bilan, déjà très mauvais, de la liberté d'expression et d'information dans le pays. RSF demande aux autorités saoudiennes de revenir sur cette décision et permettre à la chaîne de reprendre ses activités», ajoute-t-on. Par ailleurs, plus d'une dizaine de journalistes saoudiens travaillant dans les deux principaux médias, Al Jazeera et beIN Sports, ont démissionné de leurs postes et quitté le Qatar de peur de représailles de leur pays, l'Arabie saoudite. Par ailleurs, le réseau qatari des chaînes de télévision beIN Sports n'est plus accessible via le câble aux Émirats arabes unis. Fondée il y a plus de 20 ans par le gouvernement du Qatar, Al Jazeera, qui dispose de près de 80 bureaux à travers le monde et diffuse dans plusieurs langues, a été la caisse de résonance des mouvements du Printemps arabe. Mais ses détracteurs jugent sa ligne éditoriale trop favorable aux islamistes, y voyant parfois un outil au service de la diplomatie du Qatar.