Guerre médiatique entre Khadidja Benguenna et Wassim Youssef

Par

La crise entre le Qatar et d'autres pays arabes s'est transformée en une guerre médiatique entre les stars audiovisuelles qataries et des autres pays arabes. C'est le cas de la star d'Al Jazeera, Khadidja Benguenna et Wassim Youssef, le prédicateur émirati d'origine jordanienne. Ce dernier s'est ouvertement attaqué à la vedette de l'information algérienne d'Al Jazeera, traitant la chaîne qatarie de télévision «cochonne» (Qanat el Khenzira). Tout a commencé quand la journaliste algérienne a critiqué le contenu d'une émission sur Twitter où le prédicateur islamiste Wassim Youssef avait interdit la visite des cimetières aux femmes. La journaliste algérienne a alors indiqué dans son message social que le prédicateur n'avait rien à faire que de s'occuper des femmes qui visitent les tombes de leurs proches, morts.
Le prédicateur a alors répondu sur le même réseau que c'est normal, venant d'une chaîne qui a envoyé à la mort des milliers de citoyens arabes de Libye, de Syrie, d'Egypte et de Tunisie. «Nous visitons vos victimes pour leur demander de vous excuser pour leurs crimes» a ajouté le prédicateur émirati sur son émission très suivie dans le monde. Mais le dérapage est quand celui-ci a prétendu que la journaliste algérienne d'Al Jazeera s'adonne à la magie et au charlatanisme.
Ce dérapage verbal entre deux vedettes du paysage audiovisuel arabe est la conséquence directe de la guerre médiatique qui a éclaté entre le Qatar et certains pays du Golfe. Le prédicateur émirati a, dans sa logique médiatique belliqueuse, fait les louanges de l'Egypte parce qu'elle s'est alignée sur la position de l'Arabie saoudite. En fait, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte rompent leurs relations le 5 juin avec le Qatar en l'accusant de «soutenir le terrorisme», les grands médias de ces pays, notamment Abou Dhabi TV, El Arabiya, MBC et el Hadath et Dubai TV étaient passés à l'offensive pour critiquer et isoler le petit emirat voisin. L'accès à la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera a été bloqué dans ces pays qui dénoncent son orientation «islamiste» et les autorités saoudiennes et émiraties ont même pris des mesures contre beIN Sports. Mais la guerre médiatique s'est également transformée sur les réseaux sociaux, puisque dans les heures ayant suivi le début de la crise, des messages, parfois virulents, ont explosé sur Twitter, Facebook et Snapchat.
En Arabie saoudite, un autre utilisateur de Twitter a lancé: «Le Qatar, vous nous avez dérangé avec trois rues et deux restaurants. Même le quartier d'Al Suweidi est plus grand que le Qatar qui deviendra une ville saoudienne. C'est juste une question de semaines». Et des utilisateurs de Twitter ont tourné en dérision des propos de Jamil al-Ziabi, rédacteur en chef d'un journal saoudien, qui s'est inquiété du recours par les Qataris à de la nourriture envoyée par l'Iran et la Turquie après la fermeture de la frontière par l'Arabie. Espérons que cette guerre se termine seulement par des mots et ne se transforme pas par les armes.