Le générique d'Or entre le Murex et l'Asbu

Par

La manifestation du générique d'Or (GO), qui signifie en avant en anglais et qui est initiée par le Réseau des femmes professionnelles du cinéma et de la télévision (Rapcit) a officiellement démarré jeudi, ouvrant ainsi la compétition dans l'audiovisuel algérien. Intervenant quelques jours seulement avant la compétition arabe du Murex d'or, organisé au Liban et du Festival des télévisions arabes de l'Asbu à Tunis, cette manifestation, qui n'a pas été malheureusement télévisée, avait pourtant réussi à attirer le gratin des artistes algériens. La majorité des comédiens et des comédiennes qui travaille habituellement durant la période du Ramadhan était présente. Seuls certains artistes, qui étaient encore en tournage étaient absents à cette cérémonie qui marche sur les traces des Fennecs d'or lancés durant trois éditions par HHC, du temps où il était le puissant patron de la télévision publique. Cette première cérémonie, qui était organisée sous l'égide du ministère de la Culture, n'a pas attiré les patrons des chaînes de télévisions, dont la majorité des DG était absente: Khelladi pour la télévision publique, Ali Fodil pour Echourouk TV, Anis Rahmani pour Ennahar TV, Zine Yousfi pour Numidia TV et Mohamed Hakem pour Dzaïr TV. Seul le patron d'El Djazaïria One, Mohamed Daâs était présent dans la salle, conscient que son feuilleton El Khawa allait rafler plusieurs prix, 12 au total dans une compétition nationale. Mais un seul prix à Festival Murex d'or à Beyrouth. Bien sûr la valeur des prix à l'étranger est beaucoup plus importante que les prix décrochés chez soi. La citation de l'empereur Jules César: Mieux vaut être premier dans ce village que second à Rome, traduit justement cet état d'esprit de la compétition. Si le DG de l'Entv était bien présent à Tunis pour recevoir les quatre prix décrochés par l'Entv, il était absent à cette cérémonie algérienne qui met en compétition les productions audiovisuelles algériennes. Au total, l'Entv a décroché trois prix et non des moindres, puisque Sara Lalama a remporté un prix ex aequo avec l'actrice du feuilleton El Khawa, Zahra Harkat, de la meilleure comédienne, alors que le sitcom de Amel Djabrouni Machi Sahel, a remporté le Prix de la meilleure image, alors que le feuilleton Ibn Badis est reparti tout de même avec le Prix du meilleur scénario. La troisième chaîne à repartir avec plusieurs trophées de cette cérémonie du générique d'Or a été Echourouk TV, dont la direction est plongée dans une grave crise. Ali Fodil qui n'était pas présent à cette cérémonie où le héros et sa série de l'année dernière Achour El Acher, Soulileh, a tout de même gagné plus de cinq prix. Les chaînes Ennahar TV et Numidia TV ont remporté chacune un prix de cette cérémonie consacrée à l'audiovisuel local. A ce niveau, Dzaïr TV demeure la seule chaîne algérienne privée à ne pas remporter un prix dans cette compétition. La première édition des génériques d'Or qui ne fait que démarrer, surclassera à coup sûr le Fennec d'or qui avait tout le mérite de lancer la dynamique et à créer un véritable espace de concurrence dans la production. Dans cette compétition audiovisuelle, où seule la fiction était présente, il manque le téléfilm, les émissions de divertissement et surtout la consécration des meilleurs animateurs et présentateurs télé. C'est là où se situe la véritable bataille des stars, comme à l'époque des Sept d'or en France.