Pourquoi Tika et TRT favorisent Echourouk TV et El Bilad

Par

L'Agence turque de coopération et de coordination (Tika) et l'Etablissement de radio-télévision de Turquie (TRT), transmettent aux établissements de diffusion des pays africains leur expérience audiovisuelle. Selon un communiqué publié par la Tika, les éditeurs, réalisateurs et producteurs africains viennent à la direction de TRT et profitent des expériences des professionnels turcs, expérimentés, officiant depuis de longues années dans le secteur de l'audiovisuel.
Dans le cadre du projet, les professionnels expérimentés de TRT offrent une formation théorique et pratique à leurs collègues étrangers dans des sujets tels que l'audiovisuel, les programmes télé et radio, la réalisation, les caméras et les lumières.
Les professionnels africains de la radio, qui ont visité les studios de la radio d'Ankara de TRT, ont trouvé l'occasion de poser leurs questions concernant les émissions radios. Quant aux dirigeants de médias, ils ont partagé leur expérience avec les figures connues des écrans de la télévision turque.
«TRT et Tika ont donné jusqu'à présent des formations appliquées, suivant un programme chargé, à 75 personnels de médias venus de Namibie, Gambie, Zambie, Ethiopie et du Soudan du Sud», note une déclaration.
«La formation est très importante pour nous, TRT possède une équipe et une infrastructure technique solides. J'ai appris de nouvelles techniques dans l'usage de la caméra et de la lumière. Je remercie la Tika et TRT», a déclaré Sofia Glenda, de l'Etablissement public audiovisuel de Namibie, qui a participé à la formation.
Malheureusement, cette formation n'a pas touché les pays du Maghreb, notamment l'Algérie et pourtant la TRT a donné discrètement des formations à des chaînes de télévisions privées proches du mouvement islamiste, comme Echourouk TV et El Bilad TV. Des journalistes de ces deux chaînes proches du courant islamiste, ont suivi plusieurs formations à Ankara et à Istanbul. C'est l'agence Tika à Alger qui a notamment organisé ces formations et zappé les journalistes de la télévision publique algérienne et les journalistes des autres chaînes privées, comme Ennahar TV, Dzaïr TV ou encore El Djazaïria One. La raison est simple: Echourouk TV et El Bilad diffusent des feuilletons et la culture turque, ce qui a rapproché les responsables turcs des chaînes privées algériennes.
D'ailleurs, la chaîne Echourouk TV avait été la première chaîne de télévision privée à établir des ponts avec les Turcs en produisant deux productions: Corso et le feuilleton dramatiques Tilk El Ayam avec Istanbul. Mais finalement les autorités algériennes ont bloqué ces deux productions, mettant fin à la coopération entre Echourouk TV et les producteurs turcs.