L'Afrique et le Moyen-Orient soutenus au festival de Venise

Par

Alors que leurs pays ont écarté toute aide de financement, six projets qui participeront à Final Cut au festival du film de la Biennale de Venise ont été sélectionnés. Final Cut est un atelier organisé par Venice Production Bridge qui offre un soutien post-production et des opportunités de réseautage aux films d'Afrique et du Monde arabe. Parmi les sélections de cette année, on compte des films marocains, égyptiens, soudanais, irakiens et du Lesotho. À partir du 3 septembre, l'atelier distribue des prix et une assistance financière à six projets sélectionnés, tout en offrant aux producteurs et aux réalisateurs la possibilité de présenter leurs films à des acheteurs, des distributeurs, des producteurs et des programmateurs de festivals étrangers. L'objectif est d'aider les films à compléter leur post-production, à explorer les opportunités de coproduction et à accéder au marché international de la distribution. Les prix comprennent celui de 5 000 dollars attribué à l'un des projets arabes et une invitation à participer à la plate-forme industrielle CineGouna offerte par le festival du film El Gouna.Les six films sélectionnés cette année comprennent: Amussu (Movement) (Maroc), le documentaire de Nadir Bouhmouch sur les villageois qui décident de se battre contre la compagnie minière dont l'impact écologique détruit leur communauté. Bi Elem El Wossoul (Certified Mail) (Égypte), l'histoire d'une jeune mère suicidaire qui est forcée de faire face seule à sa dépression lorsque son mari est emprisonné, par Hisham Saqr.
La rue Haïfa (Irak-Qatar), le film de Mohanad Hayal sur un tireur d'élite qui tue un homme dans une rue de Baghdad et refuse de laisser quiconque réclamer de son corps et le film Mère, je souffre. This Is My Last (Lesotho-Allemagne), un docufiction expérimental par Jérémie Lemohang Mosese. Aussi Untamed (Afrique du Sud-Zambie), une exploration documentaire des derniers jours d'un célèbre poète sud-africain, Simon Wood.
Banc d'attente (Le banc d'attente) (France-Tchad-Allemagne), le portrait de Suhaib Gasmelbari, de quatre cinéastes âgés et amis pour la vie qui voyagent à travers le Soudan avec un cinéma mobile, apportant leur amour du cinéma à leurs compatriotes.
Créé en 2013 pour fournir des fonds d'achèvement aux films africains, le programme a été élargi en 2014 pour inclure des projets du Moyen-Orient. Les organisateurs du festival du film de Venise ont ajouté la possibilité pour les cinéastes de la région d'avoir une des rencontres avec le marché de financement du pont de production de Venise. Un financement qui augmenterait les possibilités pour les cinéastes africains et arabes de faire connaître leurs projets sur le marché mondial.
Le réalisateur soudanais Hajooj qui a signé le premier film de Kuka Akasha («Le Roundup»), sera présenté en première mondiale à la Semaine de la Critique de Venise, après avoir remporté l'an dernier au Final Cut le Premier Prix de la Biennale du meilleur film en post-production.