RMC veut partager ses abonnés avec Canal+ et beIN Sports

Par

Après une soirée catastrophique de Champions League, SFR veut rattraper son retard. L'opérateur RMC Sport proposerait dès la semaine prochaine un bouquet comportant Canal+, beIN Sports et RMC Sport pour moins de 40 euros. Une offre permettant aux fans de football de pouvoir visionner l'essentiel des grandes compétitions à moindre coût. En s'abonnant partout, et ce sans engagement, la facture s'élève à près de 70 euros par mois, soit plus de 800 euros durant l'année... Concrètement, il faut être abonné à RMC Sport pour suivre les compétitions européennes et la Ligue britannique, soit payer 19 euros par mois (9 euros si vous êtes client SFR). À cela s'ajoute l'abonnement à beIN Sports, - qui diffuse les championnats espagnol, italien, allemand et une partie de la Ligue 1 française - à Eurosport - qui diffuse une partie des coupes nationales - et à Canal + - qui diffuse l'autre partie de la Ligue 1. Au total, pour cette triple offre regroupée dans un même pack, il faudra débourser 49,90 euros par mois, sans engagement (ou 34,90 avec 2 ans d'engagement). RMC veut ainsi,récupérer de l'audience avec ses concurrents. L'opérateur SFR, qui a racheté pour 370 millions d'euros par saison les droits des compétitions européennes de football jusqu'en 2021, propose donc cette offre - qui semble intéressante, pour suivre tout le football européen - après une soirée difficile mardi dernier pour les premiers matchs de la phase de poules de la Ligue des champions. Face à l'afflux de connexions, les serveurs de l'opérateur n'ont pas tenu et de nombreux abonnés à l'offre numérique n'ont pas pu voir de match. L'application a planté. «200 000 personnes se sont abonnées dans la journée», ont précisé les responsables de la chaîne. Ce chiffre, bien au-dessus des attentes d'Altice, a fait tomber le serveur. Le Groupe reconnaît son erreur technique et implique aussi ses fournisseurs. Pour l'occasion, il avait fait appel à des prestataires afin de «tripler ses capacités disponibles, par rapport à celles des matchs de la Coupe du monde de juillet». Techniquement, les capacités des CDN (Content Delivery Networks) n'ont pas posé de problème, c'est la plate-forme de services sur laquelle était hébergée l'application RMC Sport qui n'a pas fait face à la charge des requêtes. Les causes sont similaires à celles d'une attaque en déni des services, avec des milliers de requêtes qui font tomber un service... sauf que là il s'agit de véritables abonnés. Les demandes d'abonnement se sont télescopées avec les premiers abonnés qui venaient regarder les chaînes. Aujourd'hui, la chaîne veut réduire les connexions sur son réseau et veut partager les abonnés des autres canaux Canal+ et beIN Sports, ses concurrents sur d'autres fragments du foot.