La Chine veut imposer un quota de diffusion de 30% sur les contenus étrangers

Par

La télévision chinoise a révisé sa stratégie concernant la politique audiovisuelle étrangère. Tout contenu d'origine étrangère sera bientôt banni des ondes chinoises durant les heures de grande écoute, selon de nouvelles règles proposées par Pékin. C'est une nouvelle étape dans la reprise en main idéologique du secteur audiovisuel.
Ainsi entre 19 heures et 22 heures, les télévisions ou la radio ne diffusent que les émissions produites localement. Alors que les contenus étrangers seront cantonnés à un quota de 30% dans leur catégorie et relégués sur le reste de la journée, a proposé la nouvelle administration, chargée de réguler le secteur. Ces mesures visent à «protéger la stabilité sociale» de la deuxième économie mondiale, en luttant contre les contenus «qui dévient des valeurs essentielles du socialisme», avait affirmé l'Administration pour la radio et la télévision (Sart), dirigée par Nie Chenxi, ancien patron de la Cctv, la télévision d'État. L'organisation des médias revient à son ancienne politique: être directement placée sous le contrôle du bureau de la propagande, alors que son prédécesseur dépendait du gouvernement.La reprise en main de la Chine de l'audiovisuel va également viser les plateformes de streaming, qui imposent un quota de 30% aux séries étrangères depuis 2015. Les feuilletons américains doivent passer entre les fourches caudines de la censure, retardant ou interdisant leur diffusion.Au nom de la défense de la propriété intellectuelle, les plateformes de téléchargement illégal, principales sources de contenus étrangers non censurés, sont fermées une à une, réduisant le choix des téléspectateurs.
Mais les masses semblent plébisciter ce grand repli culturel de l'Empire du Milieu à l'image du box-office, où la part de marchés des films étrangers est en recul au profit des concurrents locaux. Le régime a également engagé une réforme drastique du secteur du cinéma, avec pour ambition de mettre le 7e art «au service du socialisme», comme l'avait indiqué Xi Jinping dans un discours en 2014. Alors que la Chine est le seul pays au monde qui ne possède pas de chaîne de télévision privée, avec essentiellement des chaînes publiques, Cctv entre autres, l'Empire du Milieu, a dépassé le Royaume-Uni dans le secteur de la programmation télévisuelle, devenant le deuxième marché mondial après les États-Unis, rapporte IHS Markit.