Quand le streaming gagne du terrain face à la télévision classique

Par

La télévision est en train de perdre sa première fonction, celle de visionner. Aujourd'hui, le téléspectateur n'est plus obligé d'attendre les programmes de la télévision, mais c'est lui-même qui décide quand nous allons regarder des films. Le streaming est devenu la plus importante des actions pour regarder un programme. Ainsi Brightcove, fournisseur de services de cloud computing pour la vidéo, publie une nouvelle étude sur les préférences des consommateurs en matière de streaming vidéo. L'enquête révèle que 58% des personnes interrogées téléchargent du contenu au moins une fois par semaine via un Smart TV ou un périphérique de diffusion externe; 51% le font sur un appareil mobile et 50% sur un PC ou un ordinateur portable. Les Millennials (19-36 ans) sont en tête dans toutes les catégories, avec respectivement 72%, 73% et 65%. Cette étude démontre également que le facteur déterminant pour les consommateurs, qui envisagent de souscrire un nouveau service de streaming est le coût (53%). Et si ces consommateurs sont prêts à essayer un nouveau service de streaming, c'est avant tout parce qu'ils ont la possibilité d'effectuer un essai gratuit (42%) ou de regarder une émission particulière (38%). En revanche, trop de publicité (37%) et une qualité médiocre des images ou des vidéos (35%) sont les principales raisons d'abandon des flux en direct. D'autres études citées, comme le site Cashy Blog, affirement que certains internautes du pays ont eu accès à ce tout nouveau type d'offres visiblement en phase de test. En Europe, les utilisateurs ont le choix entre trois formules mensuelles distinctes: l'Essentiel (7,99 euros), le Standard (10,99 euros) et le Premium (13,99 euros), avec leurs avantages respectifs. Cette fois-ci, le client ne paierait plus la somme demandée tous les mois, mais toutes les semaines. Ainsi, les téléspectateurs préfèrent payer pour un programme de qualité et regarder de nouveaux programmes. Et certains programmes comme Netflix, se chargent de racoler ces nouveaux clients. Les internautes ont eu accès à un nouveau type d'abonnement Netflix articulé autour d'une offre hebdomadaire, pour seulement 2,49 euros au minimum. Alors que le marché asiatique pourrait bénéficier de forfaits Netflix moins onéreux qu'en Europe, la faute à une concurrence plus rude appliquant une politique de prix agressive, la plate-forme de Svod envisagerait également de modifier ses offres dans certaines régions du Vieux Continent. C'est du moins ce que suggère la mise en place de nouveaux abonnements hebdomadaires signalés en Europe. Chez nous, le téléchargement des films est presque illégal, puisque la majorité des utilisateurs algériens ne payent pas les fonctionnalités des droits des films.