L'exploitant de cinéma Pathé s'installe au Maroc et en Tunisie

Par

Alors que le problème de salles de cinéma est plus que jamais posé en Algérie, au Maroc et en Tunisie, les salles sont de plus en plus présentes. Ce sont les opérateurs français qui ont marqué le coup puisqu'ils sont plus que jamais installés dans le Maghreb. C'est le cas de Lemoine au Maroc et Pathé en Tunisie et au Maroc. Le 22 décembre dernier, l'exploitant Pathé a lancé, en Tunisie, les activités de «Pathé Tunis City», son premier cinéma en Afrique. L'établissement créé par l'entreprise française spécialisée dans l'exploitation cinématographique est un multiplexe de 8 salles qui diffuseront 150 films par an. Pour le moment, 48 projections sont prévues par jour et les salles devraient fonctionner entre 10h et 1h. La programmation intègre aussi bien des productions locales et africaines, que des films occidentaux à grand budget. Jusque-là, les Tunisiens affluent par centaines dans les salles qui ne désemplissent pas depuis le lancement du multiplexe. Il faut dire que la réalisation du projet de Pathé, dont les travaux ont été lancés le 10 juillet 2017, était attendue par une population qui avait presque perdu l'habitude de voir des films en salle. A l'instar des salles Canal Olympia d'Afrique francophone subsaharienne, le multiplexe de Pathé devrait afficher de très bons chiffres de fréquentation, au vu de la faible concurrence. Il y a quelques jours, on annonçait que le groupe français Pathé préparait son arrivée au Maroc, et ce à travers un 1er multiplexe à Casablanca (au quartier Californie). Cette implantation au Maroc se fera en partenariat avec Marjane Holding. Et le prochain multiplexe «marocain» est prévu à Rabat (Marjane Hay Ryad). Il est donc fort à parier que le développement se fera par la suite dans les grandes villes où les hypermarchés Marjane sont déjà implantés (Marrakech, Tanger, Fès, Agadir...). Cette installation dans les espaces commerciaux marocains et tunisiens n'est pas aussi de mise en Algérie. Alger n'est pas ouverte aux opérateurs étrangers et plus particulièrement français. Malgré quelques tentatives par Gaumont et Lemoine, les opérateurs français n'ont pas réussi à s'installer dans les alentours des supermarchés algériens comme Ardis ou Carrefour. Le cinéma, et surtout son exploitation en multiplexes, n'a pas encore touché l'Algérie, qui reste attachée aux salles laissées à l'indépendance et qui ont été presque massacrées par les collectivités locales. Aujourd'hui, l'Algérie est sans doute le seul pays en Afrique du Nord avec la Libye à ne pas posséder de multiplexes. Ces derniers sont déjà présents en Tunisie, en Egypte et au Maroc.