Al Jazeera et Al Arabiya provoquent une crise diplomatique entre le Maroc et l'Arabie saoudite

Par

Dans la guerre au Yémen, le Maroc a décidé de mettre un terme à sa participation dans la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite et a rappelé son ambassadeur à Riyadh, selon des sources gouvernementales marocaines, citées par l'agence américaine Associated Press (AP). Tout a commencé par un entretien accordé fin janvier par Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, à la chaîne qatarie Al Jazeera. Lors de cette interview, le ministre avait indiqué que l'engagement de son pays dans le conflit au Yémen, sous la direction de la coalition arabe menée par Riyadh, avait «changé».
Dans ce sens, une source gouvernementale marocaine a confié à AP que Rabat «ne participait plus aux interventions militaires ni aux réunions ministérielles au sein de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite». Néanmoins, le Maroc n'a pas encore défini son plan de retrait de la coalition arabe.
Presque une semaine après l'entretien du chef de la diplomatie marocaine avec Al Jazeera, la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya a diffusé un documentaire sur le conflit du Sahara occidental. Dans ce reportage, la chaîne de télévision affirme que le Maroc a «envahi le Sahara occidental après le départ des colonisateurs espagnols en 1975». Ce qui est une réalité historique.
Le reportage d'Al-Arabiya a été mal perçu par Rabat qui a rappelé son ambassadeur en Arabie saoudite pour consultations.
Lors de son entretien avec Al Jazeera, le ministre marocain des Affaires étrangères a également laissé entendre que Rabat avait refusé de recevoir le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, en novembre 2018, lors de sa tournée dans certains pays maghrébins (Algérie, Tunisie et Mauritanie).
Depuis des années, le Maroc était soutenu par le Royaume saoudien, mais depuis quelques années et la fameuse rencontre à Paris entre M6, MBS et Harriri, les choses ont bien changé et la seule arme qui est utilisée par les pays arabes pour s'affronter ce sont les médias audiovisuels et électroniques. Certains médias marocains ont violemment attaqué MBS et l'Arabie saoudite dans l'affaire Khashoggi. Tout était lié également à l'affaire de la candidature du Maroc à l'organisation de la Coupe du monde en 2026 et 2030.
L'Arabie saoudite avait voté contre la candidature du Maroc, alors que l'Algérie, qui est parfois en désaccord avec le Maroc sur le dossier du Sahara occidental avait pourtant voté pour la candidature du Maroc.
Un geste qui a été apprécie par Rabat qui avait tenu à remercier l'Algérie et entamé une relation glaciale avec l'Arabie saoudite et son fameux ministre saoudien des Sports: Turki bin Abdel Muhsin Al-Asheikh.