Vent de révolution à TV5 Monde

Par

Décidément rien ne va plus à TV5 Monde. La rédaction de la chaîne francophone installée en France a adopté une motion de défiance à l'encontre de sa direction pour protester contre le nouveau projet éditorial jugé «indigent» et «la gestion pitoyable des ressources humaines», selon un communiqué transmis à la presse. La motion de défiance a été soumise au vote entre vendredi et mercredi soir, et 73 journalistes sur une rédaction de 99 personnes ont participé au scrutin, précise la SDJ (Société des journalistes) de TV5 Monde. Cette motion de défiance vise essentiellement son directeur général Yves Bigot, et cela pour préserver et développer la qualité et les moyens de l'information à TV5Monde. Le «non» a recueilli 76% des suffrages. Selon toujours le communiqué des salariés de TV5 Monde, 80% des votants ne font pas non plus confiance à «l'ensemble de la direction de l'information». «Le management ne nous semble pas être à la hauteur pour donner à la chaîne un nouveau souffle. Il n'y a aucune concertation avec les journalistes qui ont pourtant beaucoup d'idées pour le numérique», au coeur du nouveau plan stratégique lancé en 2017, «on a le sentiment qu'on nous restreint», déplore un membre de la SDJ. «La réorganisation censée permettre le décloisonnement et la création de nouveaux formats originaux, vantée par la direction et celle de l'Information comme un nouveau départ ambitieux, n'accouche que d'un projet éditorial indigent, le «Projet Info 2019», accuse le texte de la motion. Il regrette en outre «une gouvernance brutale», avec «de nombreux confrères (qui) ont subi un entretien préalable à sanction, des convocations et des remarques déplacées», qui s'accompagnent d'une «gestion pitoyable des ressources humaines» avec une quinzaine de pigistes «éjectés». La direction de TV5 Monde n'a pas souhaité réagir, ce qui a créé un grand fossé dans la rédaction. Fin octobre, deux syndicats avaient fait voter une grève de 48 heures dans la chaîne pour dénoncer le plan stratégique, accusé de cacher un «plan social déguisé». Comme les autres médias de l'audiovisuel public, la chaîne a subi une baisse de sa dotation par l'Etat, fixée pour 2019 à 77,7 millions d'euros, en baisse de 1,2 million par rapport à 2018. La chaîne est détenue à 49% par France Télévisions. France Médias Monde en possède 12,64%, Rtbf et SSR en détiennent chacun 11,11%, Radio-Canada 6,67%, Télé Québec 4,44%, Arte France 3,29% et l'INA 1,74%. Cette motion vise également à créer un changement dans la chaîne longtemps dirigée par un groupe sous l'égide de France Médias France. Pour mémoire, on rappellera que l'ancien directeur des programmes de la radio RTL, Yves Bigot, est nommé le 5 décembre 2012, directeur général de TV5 Monde, il prend ses fonctions le 7 janvier 2013. Son mandat a été renouvelé en 2017 pour 5 ans.